Retour

Davie : les candidats répliquent aux propos de Harper

La déclaration de Stephen Harper, sur le fait que les chantiers maritimes débordent d'ouvrage, fait réagir les candidats de la circonscription de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis.

Lundi, le chef conservateur a soutenu que les chantiers maritimes « ont du travail par-dessus la tête », alors qu'il tentait de tourner en ridicule le plan libéral qui propose de détourner les budgets prévus pour l'achat d'avions F-35 vers les chantiers maritimes du pays. 

À Lévis, les adversaires du ministre Steven Blaney ont vite répliqué pour faire valoir que le chantier Davie ne fonctionne pas à plein régime.

« Ce n'est pas tous les chantiers maritimes au pays qui en ont plein les bras. Davie est capable d'en prendre davantage. D'ailleurs, la direction l'a dit. Ils n'auront jamais assez de travail. En ce moment, il y a 1000 employés, ils peuvent aller jusqu'à 2500 facilement », a soulevé le candidat néo-démocrate Jean-Luc Daigle.

André Bélisle, du Parti vert, a attaqué directement le gouvernement Harper. « Les conservateurs ont méprisé la Davie. Ils ont investi des milliards dans l'Ouest et dans l'Est, à Halifax et Vancouver. Et [Justin] Trudeau a manqué le bateau complètement. »

Blaney réplique

Le ministre Steven Blaney a réagi en défendant les politiques conservatrices.

« Notre gouvernement a mis en place une stratégie navale, ce qui n'existait pas du temps des libéraux et qui faisait que l'industrie navale canadienne était moribonde. Quand je suis arrivé à Lévis, le chantier était en faillite, les équipements étaient sur les docks et on était sur le point de procéder à une liquidation. »

Cet été, une lettre d'intention a été signée entre Ottawa et le chantier Davie pour la construction d'un navire ravitailleur, mais le contrat n'est toujours pas signé.

Par voie de communiqué, la direction de la Davie a indiqué que 1000 travailleurs sont présentement à l'emploi du chantier maritime, mais que l'entreprise peut faire davantage.

Plus d'articles

Commentaires