Retour

Davie veut s'assurer d'avoir des contrats du fédéral

Le chantier maritime Davie, à Lévis, qui veut continuer de rouler au maximum de sa capacité, souhaite s'assurer que les processus d'attribution de contrats pour les prochains appels d'offres du fédéral soient équitables.

Le chantier, qui a réclamé une enquête à la suite de révélations de CBC/Radio-Canada sur une apparence de favoritisme dans l'octroi de subventions de la part du gouvernement de Stephen Harper, songe à déposer une demande d'enquête formelle, mentionne Marc Babinsky, vice-président des affaires corporatives et juridiques de l'entreprise.

« Si ces allégations s'avèrent être vraies et que le gouvernement et les contribuables ont dû payer pour l'amélioration de la capacité de production d'un chantier naval alors que leur offre était basée sur un coût nul pour le Canada, pour nous, la conclusion est très simple. Nous allons demander un résultat cohérent et juste par tous les moyens possibles », dit-il.

Le 19 octobre dernier, jour de l'élection fédérale, le gouvernement conservateur a accordé 40 millions de dollars au chantier maritime Seaspan, à Vancouver, pour qu'il puisse moderniser ses installations. Seaspan avait remporté en 2011 un important appel d'offres pour la construction de navires de la Garde côtière canadienne.

Davie allègue que le contrat aurait pu lui revenir et que l'appel d'offres, qui ne prévoyait pas de sommes pour moderniser les chantiers, a été faussé.

Processus déloyal?

Alex Vicefield, le président d'Inocea, propriétaire du chantier Davie, avance pour sa part que le processus a été complètement déloyal.

« Ce que cela signifie, c'est que n'importe qui aurait pu remporter le contrat. Si vous promettez n'importe quoi et que les contribuables le financent, Tim Hortons aurait pu gagner! »

Il souhaite que le processus d'attribution des contrats pour la Marine canadienne ou la Garde côtière soit équitable. Le chantier Davie, qui est le plus gros chantier au pays, devrait pouvoir compter sur les prochains contrats du fédéral, dit-il.

« Le gouvernement a besoin de plus de navires, la flotte de la Garde côtière doit être remplacée, celle de la Marine canadienne aussi et nous représentons plus de 50 % de la capacité de production au pays. »

Ouvert à une enquête

Le ministre fédéral responsable de la Capitale-Nationale, Jean-Yves Duclos, affirme que si Davie dépose une demande formelle d'enquête, le gouvernement sera prêt à y répondre.

« Le chantier Davie est tout à fait libre d'en faire une et si la demande est envoyée, elle sera certainement reçue. Mme Foote [ministre des Services publics et de l'Approvisionnement] est déjà au courant que l'éventualité est là et à partir de là, on fait le travail qui est important et nécessaire. »

Il n'est toutefois pas question pour le moment de rapatrier le contrat vers Lévis. Le ministre dit souhaiter qu'à l'avenir le processus soit transparent et ouvert. 

« On doit travailler ensemble. Le gouvernement canadien, pour bien faire, doit s'inscrire dans un processus transparent et ouvert. Et peut-être faire les choses un peu différentes dans le futur. »

Davie emploie actuellement 1200 travailleurs. Le chantier a lancé mardi midi la première découpe d'acier pour la conversion d'un porte-conteneurs en navire pétrolier ravitailleur d'escadre pour la Marine canadienne. Une fois prêt, le navire sera le plus grand en activité au Canada.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine