Retour

De l'argent des parcomètres redonné aux gens d'affaires

La Ville de Québec octroiera annuellement aux Sociétés de développement commercial de son territoire 100 $ par borne de stationnement pour compenser les impacts négatifs de l'arrivée de stationnements payants sur les artères commerciales.

Cinq des sept SDC se partageront donc 74 000 $ pour la présence de 740 bornes de stationnement. La Ville dit vouloir ainsi offrir une aide additionnelle aux SDC devant la perception selon laquelle elle tire davantage de profits avec l'installation des parcomètres.

« La perception comme quoi on fait plus d'argent depuis qu'on a mis des bornes, ça existe, et une façon de compenser cette perception chez les commerçants où il y a des bornes, c'est de leur en redonner », affirme le maire Régis labeaume.

L'arrivée de parcomètres sur certaines artères avait suscité des réactions partagées de la part de gens d'affaires. Certains craignaient qu'ils ne fassent fuir la clientèle.

Le maire, qui estime que les parcomètres sur certaines artères commerciales ont des effets positifs en favorisant une meilleure rotation des véhicules stationnés, espère que les sommes octroyées permettront aux SDC de tirer parti de cette réalité et de faire preuve de créativité pour dynamiser leurs artères qui offrent des services de proximité.

« Ça dépend comment on voit les affaires. La rue Cartier a décidé qu'ils faisaient la promotion de la rue et ça marche à plein. Ils ont été créatifs, ils ont même enlevé les espaces de stationnement pour faire des terrasses. Avez-vous entendu quelque se plaindre de ça? », soulève le maire.

Les SDC ont également accès à une aide de 100 000 $ pour des projets spéciaux comme celui de l'avenue Cartier.

Les SDC tirent leur financement de la Ville, des cotisations de leurs membres et de diverses ententes de partenariat.

Plus d'articles

Commentaires