Retour

Décès de la Dre Carolyne Delage : la communauté médicale en état de choc

La communauté médicale est en état de choc à la suite du décès de la Dre Carolyne Delage, qui a perdu la vie samedi après-midi à Warren, au Vermont, après avoir percuté un arbre à vélo.

Un texte d’Alain Rochefort

Carolyne Delage, 30 ans, était bien connue et déjà fort respectée dans les milieux hospitaliers, particulièrement à Québec, où elle a fait la majorité de ses études. Elle est aussi l’une des trois filles du Dr Robert Delage, hématologue réputé qui travaille à l'Hôpital de L'Enfant-Jésus de Québec.

La victime suivait d’ailleurs les traces de son père. Elle avait terminé sa spécialisation en hématologie en 2016 à Québec, avant d’en entreprendre une autre en oncologie en 2017, à Montréal.

Sa grande amie, la Dre Gabrielle Lafrenière, la connaissait depuis la 3e année du primaire. Elles ont toutes les deux fréquenté le Collège Jésus-Marie, à Sillery. Elles ont poursuivi leurs études ensemble et se sont retrouvées sur les mêmes bancs de l’Université Laval en médecine.

« Nous sommes tous en état de choc. Toute la communauté médicale, mais aussi ses amis du primaire et du secondaire. À L'Enfant-Jésus, ça réagit très fort et partout où elle est passée : au CHUL, à L'Hôtel-Dieu de Québec. D'ailleurs, son amoureux est aussi oncologue et travaille à l'Hôtel-Dieu de Québec », raconte-t-elle avec émotion.

« Une femme exceptionnelle »

La Dre Gabrielle Lafrenière, qui est pour sa part spécialisée en médecine interne et en gériatrie, insiste sur les grandes qualités humaines de la disparue.

« C’était une femme exceptionnelle. Une médecin exceptionnelle. Une chercheure exceptionnelle. Elle était d’ailleurs en formation complémentaire à l’Université de Rochester [dans l'État de New York] pour être spécialisée dans certains types de cancer comme les lymphomes. Elle participait déjà à des projets de recherche », louange-t-elle.

Cycliste aguerrie

Selon un communiqué diffusé par la police du Vermont, Carolyne Delage circulait sur la rue Lincoln Gap lorsqu’elle a perdu le contrôle de son vélo.

Son décès a été constaté dans l'ambulance, avant son arrivée dans un centre hospitalier.

Gabrielle Lafrenière affirme que son amie était une cycliste expérimentée et qu’il s’agit sans doute d’un bête accident.

« Est-ce que c’est un bris de vélo? Est-ce une roche? Un bout de bois sur la chaussée? Ou est-ce que le vélo a dérapé? Ou encore est-ce qu’elle a eu un malaise? », se questionne Mme Lafrenière.

Une enquête de la police du Vermont est en cours afin de déterminer les causes exactes de l’accident.

Avec les informations de Cathy Senay

Plus d'articles

Vidéo du jour


9 choses à savoir sur Meghan Markle