Retour

Décès en CHSLD : la surcharge de travail d'une infirmière mise en cause

Le 21 septembre 2015, l'infirmière avait la responsabilité de plusieurs cas lourds et était la seule à être autorisée à évaluer les patients et prodiguer des traitements au CHSLD Saint-Augustin. Débordée, elle aurait administré par erreur à René Bélanger au moins cinq doses de Dilaudid deux fois trop concentrées.

L'état de santé de M. Bélanger s'était déjà beaucoup détérioré dans les jours précédents, sa mort ne peut donc être clairement attribuée à cette erreur, note la coroner Mélanie Laberge dans son rapport dont Radio-Canada a obtenu copie.

« La cause principale des erreurs commises ce soir-là semble être la surcharge de travail », écrit toutefois la coroner.

La norme suggérée est de 100 patients pour une infirmière, mentionne la coroner. Or ce soir-là, au moins deux infirmières dans des départements différents avaient la responsabilité d'un nombre d'usagers dépassant largement ce ratio. Certains étaient des cas lourds qui réclamaient des soins palliatifs, comme René Bélanger.

De plus, aucun pharmacien n'était en poste ce soir de fin de semaine, si bien que l'infirmière a dû elle-même calculer la concentration des doses avec l'aide d'une collègue qui a commis la même erreur. En plus de s'occuper des patients, l'infirmière devait s'acquitter de tâches de gestion.

Ce phénomène serait fréquent et peu surprenant compte tenu du grand nombre de patients lourdement malades admis dans les centres d'hébergement.

Extrait du rapport de la coroner Mélanie Laberge

La coroner formule deux recommandations au Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale : diminuer les ratios d'infirmières et offrir des formations au personnel pour le calcul des doses de médicaments.

Le CIUSSS ajuste ses standards

La directrice adjointe du CIUSSS de la Capitale-Nationale, Nathalie Petitclerc, affirme pour sa part que tous les ratios dans ses 32 centres d'hébergement ont été revus l'an dernier lors de la fusion des établissements, dont celui de Beauport en priorité. La norme de 100 patients pour une infirmière est appliquée.

« Un pour cent est un standard de qualité pour assurer des services de qualité sécuritaire. Le ratio peut être inégal dans d'autres centres, mais nous, dans notre cas, on a retenu ce standard-là », explique Mme Petitclerc.

Des ratios à revoir, presse la FIQ

« C'est très malheureux ce qui est arrivé », exprime Régine Laurent. La présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) constate que la surcharge de travail du personnel infirmier est un problème dans les centres d'hébergement auquel le gouvernement doit s'attarder.

« Ce n'est pas normal, c'est honteux! Ce n'est pas possible d'avoir une seule infirmière pour 175 patients et penser qu’elle est capable de tout faire. »

La FIQ souhaite que les recommandations du coroner incitent le gouvernement à implanter des ratios d'employés dans les centres d'hébergement en tenant compte des besoins des patients dans chacun des CHSLD et la lourdeur des cas. Un ratio de 1 infirmière par 100 patients n'est pas une norme souhaitée partout, insiste-t-elle.

« On ne peut pas faire les choses mur à mur comme le fait le ministère, ce n'est pas possible. De plus en plus les gens sont malades dans les CHSLD. »

Il faut ajuster le personnel maintenant à la réalité d'aujourd'hui.

Régine Laurent, présidente de la FIQ

Le Québec dans la norme, dit le ministre

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette se veut pour sa part rassurant et maintient que les effectifs sont adéquats dans les centres d'hébergement.

« Pour les ratios en nombre d'infirmières, de nuit en particulier, nous sommes dans la norme au Québec », a martelé le ministre Barrette en chambre, jeudi.

Le ministre a toutefois reconnu que chaque établissement avait ses besoins propres et que les dirigeants des CHSLD ont leur rôle à jouer dans ce dossier. « C'est une question d'organisation du travail », a insisté Gaétan Barrette.

Un forum organisé par le gouvernement du Québec se penche justement sur les meilleures pratiques en CHSLD en ce moment à Montréal.

À l'heure actuelle, 40 000 Québécois vivent dans des CHSLD, mais ce chiffre devrait doubler d'ici 2030.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité