Retour

Dégustation de repas dans les CHSLD : l’opposition dénonce un coup de marketing

Les partis d'opposition rejettent l'invitation du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, à venir déguster les nouveaux repas offerts dans les Centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). Ils dénoncent une opération de relations publiques.

« L'exercice que le ministre [s’apprête à faire], c'est vraiment un spectacle populaire et ce n'est pas ça dont les gens ont besoin », a déclaré la porte-parole du Parti québécois (PQ) en matière de santé, Diane Lamarre.

Elle soutient que les travailleurs des CHSLD sont capables de cuisiner de bons repas, à condition, cependant, d’avoir accès à des ressources et des budgets appropriés.

« Il faut leur donner du personnel qui va transporter les repas à la bonne chaleur assez rapidement et qui va être disponible ensuite pour nourrir les gens qui ne peuvent pas s'alimenter par eux-mêmes. Ils sont là, les vrais enjeux », a-t-elle fait valoir.

C'est vraiment un spectacle, c'est très malheureux d'utiliser les personnes âgées et les personnes qui habitent dans des CHSLD de cette façon-là.

Diane Lamarre, députée de Taillon, PQ

Tester les repas

Le ministre de la Santé a invité les journalistes et les élus de l’Assemblée nationale à venir goûter les nouveaux plats qui seront offerts dans les CHSLD de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches. Ces deux régions sont les premières au Québec à offrir des repas mieux adaptés aux besoins des bénéficiaires.

Les participants auront le choix entre trois plats : de la lasagne, du saumon et du poulet. Ils pourront opter pour le repas ordinaire ou son équivalent en forme plus facile à mâcher. La dégustation se tiendra au Centre des congrès de Québec, mercredi, à partir de 13 h 30.

« Opération séduction »

Selon le député François Paradis, de la Coalition avenir Québec (CAQ), cette « opération séduction » du ministre de la Santé est inutile puisque, dit-il, la solution pour améliorer la qualité des repas est déjà connue : il faut augmenter les budgets alloués aux aliments.

« L'achat d'aliments dans l'assiette d'un aîné, c'est 2,14 $, puis il y a des CHSLD où c'est 1,35 $ à peine, a fait remarquer le député de Lévis. Il y a des gens dans le réseau qui veulent bien faire, alors donnons-leur les moyens de mieux cuisiner, de faire en sorte que nos aînés retrouvent quelque chose qui est attirant qui est attractif, qui est gustatif, qui est bon pour leur santé. »

Est-ce qu'il faut vraiment se faire une espèce de dîner de Noël convivial pour essayer de voir si la texture plaît ou pas? Je pense que c'est un exercice qui, finalement, n'a pas sa raison d'être.

François Paradis, député de Lévis, CAQ

La faute aux libéraux

De son côté, le député solidaire Amir Khadir a soutenu que la « détérioration » des repas offerts dans les CHSLD était la conséquence directe des choix budgétaires des gouvernements libéraux successifs.

« Je peux constater, moi qui suis à l’œuvre dans le réseau de la santé depuis 1989 […] que sous le règne des libéraux, avec les coupures, les restructurations et la privatisation des services d'alimentation donnée aux hôpitaux et de nos CHSLD, ça s'est détérioré partout », a affirmé le médecin.

Je ne serai pas là pour, disons, prêter flanc à M. Barrette et à ses tentatives de marketing public. Par contre, ça se peut que je sois là avec d'autres pour contester la validité de ses prétentions.

Amir Khadir, député de Mercier, QS

Barrette se défend

Le ministre de la Santé s’est défendu de chercher à faire de la politique spectacle en invitant la presse et les élus à tester la qualité des repas offerts dans les CHSLD

« Ce n'est pas une opération politique ça, c'est une opération d'information, a insisté Gaétan Barrette. Des professionnels du réseau de la santé ont travaillé pendant la dernière année à améliorer les choses et ils vont venir présenter le fruit de leur travail. […] Je veux combattre la perception que les gens ont de notre réseau. »

M. Barrette a soutenu que les députés de l’opposition commettraient un « affront » s’ils ne participaient pas à la dégustation.

« Je considérerais ça vraiment insultant pour le personnel professionnel que les députés des oppositions ne soient pas là pour apprécier le fruit de leur travail, a prévenu le ministre. Je vais trouver ça très gênant pour l'Assemblée nationale. »

Plus d'articles