Retour

« Démocratie Québec affiche complet », dit Anne Guérette

Le parti Démocratie Québec a maintenant des candidats dans les 21 districts électoraux de la Ville de Québec. La candidate à la mairie Anne Guérette dévoile les quatre derniers aspirants conseillers pour les élections municipales de novembre.

« Démocratie Québec affiche complet », souligne la chef de l’opposition sortante, qui avait déjà présenté 17 candidats.

La professeure de chant Maude Grenier, qui est aussi auteure-compositrice-interprète, est candidate dans le district Sainte-Thérèse-de-Lisieux.

Lise Santerre, qui possède un doctorat en sociologie et un postdoctorat en sciences de la communication, est aspirante conseillère dans le district Louis-XIV.

Luc Paquin, conseiller expert en externalisation, qui a été décrit par Anne Guérette comme étant « une sommité de la fonction publique québécoise », porte les couleurs du parti dans Val-Bélair.

Gilles Piché, qui a été conseiller municipal et candidat à la mairie de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier en 2009, est candidat dans Robert-Giffard.

« Unis par un projet commun », dit Anne Guérette

Toutefois, aucun de ces candidats ne réside dans le district pour lequel il se présente. La chef de Démocratie Québec fait valoir que son équipe a travaillé très fort, mais que « le monde idéal » n’existe pas.

Elle souligne que le candidat de Québec 21 dans Val-Bélair ne réside pas non plus dans le district.

Mme Guérette estime que ce n’est pas « nécessairement un désavantage ». La chef du parti indique que ses candidats iront sur le terrain et écouteront les citoyens pour « amorcer un virage ».

Anne Guérette affirme par ailleurs que son équipe fait campagne pour un changement de gouvernance à l’Hôtel de Ville de Québec.

« On est là pour donner plus de pouvoir aux citoyens, on propose d’amorcer un virage vers la Ville de Québec du futur », a-t-elle dit.

La période de dépôt des déclarations de candidature se termine vendredi à 16 h 30.

« Un cancer urbain »

Anne Guérette a par ailleurs été questionnée sur des propos qu’elle a tenus lors d’une entrevue au Journal de Québec. Elle avait qualifié le développement du futur magasin IKEA de « cancer urbain ».

« On a vendu ce terrain-là 7,5 millions de dollars, on va subventionner à la hauteur de 7,5 millions. Et on va mettre des millions pour faire des sorties, des entrées d’autoroute, construire des éclairages urbains, des trottoirs [...] donc on dépense beaucoup d’argent des contribuables pour construire quelque chose qui est vraiment un modèle dépassé et on trouve ça déplorable », dit-elle.

Les élections municipales auront lieu le 5 novembre prochain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine