Retour

Démocratie Québec : Anne Guérette à l'attaque

Anne Guérette a haussé le ton lors du 2e débat de la course à la direction de Démocratie Québec, mercredi soir. La candidate ne s'est pas gênée pour remettre en question les raisons qui motivent son adversaire, François Marchand, à devenir chef.

« Moi, je n’ai jamais marchandé l’enseigne à laquelle j’allais représenter les citoyens », a lancé d’entrée de jeu la conseillère du district du Cap-aux-Diamants. L’allusion à une rencontre confirmée entre François Marchand et le chef de cabinet de Régis Labeaume, l’été dernier, était claire.

« Je ne suis pas une opportuniste », a tonné Anne Guérette. À son tour au micro, François Marchand a choisi d’ignorer l’attaque de son adversaire et a plutôt parlé de la nécessité de changer le ton des échanges à l’hôtel de ville.

« Je souhaite répondre aux attaques personnelles et à l’intimidation par des arguments », a-t-il martelé.

Contributions à Équipe Labeaume

Le thème des finances municipales a donné l’occasion à Anne Guérette d’attaquer son adversaire sur des contributions qu’il a effectuées à Équipe Labeaume en 2012 et 2014.

Alors que François Marchand critiquait son intention de vouloir réduire les taxes des contribuables avoir de plan pour y arriver, Anne Guérette s’est montrée cinglante : « Moi, ce que je ne trouve pas crédible, c’est quelqu’un qui veut gérer la Ville et qui ne se souvient pas d’avoir fait des chèques [à Équipe Labeaume] il y a deux ans. »

Le sujet de ces contributions a de nouveau été abordé lors de la période de questions réservée aux citoyens. François Marchand a plaidé avoir changé d’avis au sujet du maire Labeaume au fil des années.

« À une certaine époque, j’ai cru au dynamisme du maire actuel, mais au cours des dernières années, j’ai été vraiment déçu », a-t-il plaidé pour justifier son désir de le remplacer à la tête de la Ville.

« C’est la guerre »

En entrevue avec les journalistes, François Marchand s’est dit convaincu que Régis Labeaume craignait de l’affronter dans une éventuelle course à la mairie.

Il a de nouveau laissé entendre que certaines personnes cherchaient à miner sa candidature en coulant des histoires à son sujet dans les médias.

Il se dit prêt à relever le défi de répliquer aux attaques du maire Labeaume s’il doit être élu à la tête de Démocratie Québec.

« C’est la guerre, dit-il. C’est parti. »

Plus d'articles