Près de 400 artilleurs québécois sont rassemblés sur les champs de tir de la base militaire de Valcartier depuis lundi pour participer au plus gros exercice d'artillerie des dix dernières années sur la base.

Les militaires sur place ont reçu la visite du général à la retraite Roméo Dallaire, venu tirer son dernier obus en carrière. « Ça fait presque 50 ans entre le premier et le dernier coup. Ce dernier coup-là, avec la parade de décembre, c'est la fin de porter l'uniforme pour toujours », a expliqué le général.

Ces exercices de tir menés à la base militaire de Valcartier perturbent la quiétude de bon nombre de citoyens. Les entraînements au tir d'artillerie se déroulent le jour comme la nuit jusqu'à dimanche.

Samedi, les médias ont eu un rare accès aux exercices. Une façon pour les forces armées de répondre aux doléances des citoyens. « C'est pour une courte période de temps, et ça ne devrait pas se reproduire avant plusieurs mois. C'est un mal nécessaire pour nous, on comprend que ça a des impacts négatifs sur les gens qui vivent dans les environs, mais ça sera plus pour très longtemps », plaide Chantale Bérubé, lieutenant-colonel.

Des munitions à profusion

Des dizaines de canons lourds ont été mobilisés, et les artilleurs des Forces canadiennes n'ont pas eu accès à autant de munitions depuis des années.

« Ça fait quelques années que je n'avais pas vu ça autant de munitions. Les fois qu'on a le plus de munitions allouées c'est souvent pour des cours justement, parce que quand il faut former des gens, c'est une bonne façon pour les régiments de dépenser des munitions » explique Alexandra Lemieux, commandant de détachement.

Plus d'articles

Commentaires