Retour

Derniers adieux au motocycliste Jessy Drolet happé par une autopatrouille

Les funérailles du motocycliste de 38 ans Jessy Drolet, heurté mortellement par une autopatrouille de la police de Québec il y a deux semaines, ont été célébrées lundi après-midi par les proches et la famille atterrés par cette mort tragique.

Les obsèques se tenaient à l'église Saint-Sauveur.

Les proches du motocycliste disent avoir encore du mal à accepter cette disparition subite. « Je n'ai plus de vie, je n'ai plus rien, je ne vois plus le soleil », a dit un peu plus tôt lundi la mère de Jessy Drolet, Marlène, toujours bouleversée par la perte de son seul garçon.

« Ça n'aurait pas dû arriver, en plus de la part de la police, c'est inconcevable, c'est impossible! », dit pour sa part la conjointe de Jessy Drolet, Audrey Martineau Vaillancourt.

Elle espère que l'enquête de la Sûreté du Québec (SQ) pourra apporter des éclaircissements sur les circonstances de l'accident et que des accusations pourront être portées.

Marlène Drolet soutient quant à elle que la policière impliquée dans l'accident ne devrait plus avoir l'autorisation de conduire un véhicule. « J'ai entendu dire qu'elle conduisait encore une automobile, mais j'ai de la difficulté à comprendre ça. »

Le motocycliste Jessy Drolet, originaire de la région de Drummondville, est mort le 10 septembre dernier à la suite d'une collision avec une autopatrouille du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) sur l'autoroute Laurentienne.

Selon les premiers éléments de l'enquête indépendante confiée à la SQ, la conductrice de l'autopatrouille effectuait une manoeuvre de demi-tour dans une zone de travaux lorsque la collision avec le motocycliste est survenue. Elle ne répondait pas à un appel d'urgence.

Plus d'articles

Commentaires