Retour

Des aînés laissés pour compte au CHU de Québec, déplore une gériatre

Une gériatre du CHU de Québec dénonce des lacunes dans les soins offerts aux personnes âgées dans le réseau de la santé depuis la mise en place de la réforme du ministre de la Santé Gaétan Barrette.

« Depuis qu’on fait partie du CIUSSS, ces patients-là sont pris en otage », illustre la Dre Manon Chevalier.

Elle souligne que lorsque la réforme du ministre Barrette a créé les Centres intégrés universitaires des services de santé et de services sociaux (CIUSSS), elle a maintenu l’existence du CHU de Québec.

La gériatrie ne relève plus toutefois du CHU sur le plan administratif.

Selon la Dre Chevalier, lorsque les lits du service de gériatrie au CHU sont au maximum de leur capacité, l’administration de l’établissement refuse que les patients âgés à l’urgence soient transférés vers des lits vacants sur les étages comme c’était le cas avant la réforme.

La Dre Chevalier dénonce une forme de guerre de clochers entre les administrations du CIUSSS et du CHU dont les patients âgés feraient les frais. « On m’a fait comprendre à mots couverts qu’on avait donné un mot d’ordre de ne pas monter les patients de gériatrie dans ces lits-là », déplore la spécialiste.

Selon elle, certains patients passent plusieurs jours dans les corridors. Un de ses patients a même passé 138 heures à l’urgence la semaine dernière.

La Dre Manon Chevalier estime qu’il est maintenant temps que le ministre de la Santé rappelle les deux administrations à l’ordre pour que les services aux ainés ne soient plus touchés.

Des directions sur la défensive

La direction du CHU de Québec explique les longs délais d’attente aux urgences pour quelques patients âgés par un triste « concours de circonstances ».

Pierre-Patrick Dupont, le directeur clientèle des urgences pour le CHU, dément qu’une politique a été émise pour garder des patients à l’urgence. « C’est un concours de circonstances qu’il y ait eu des lits de libres. Dès qu’on a été avisé, on a monté les patients à l’étage », se défend-il.

Du côté du CIUSSS de la Capitale-Nationale, son PDG Michel Delamarre assure qu’il n’y a aucun conflit avec la direction du CHU de Québec. « Ça va très bien les relations avec le CHU », a-t-il déclaré.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a pour sa part invité la gériatre à la prudence dans ses critiques parce que la situation est complexe.

Selon le ministre, il n’est pas toujours possible de transférer les patients de l’urgence dans les lits vacants. Il a notamment cité en exemple une éclosion de C. difficile au CHU qui a empêché le transfert de plusieurs patients âgés étant donné les risques d’une telle infection sur leur santé.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?