Retour

Des aînés mis à contribution pour l'intégration des nouveaux arrivants

Alors que la Ville de Québec se prépare à accueillir jusqu'à 800 réfugiés syriens, le défi de l'intégration des nouveaux arrivants se pose. L'organisme Ressource Espace Familles tente de faire sa part avec un programme de jumelage entre des immigrants ou des réfugiés et des aînés d'ici.

Le projet « Familles du monde Aînés d'ici » permet d'aider des familles à mieux s'intégrer tout en mettant en valeur le savoir-faire des grands-parents. Les échanges, qui se font toujours en français, permettent aux nouveaux arrivants de se familiariser avec la culture québécoise.

La famille Jimenez-Galviz, qui est arrivée au Québec au printemps dernier, profite de ce jumelage intergénérationnel et interculturel. Parents et enfants ont laissé une grande partie de leur famille en Colombie, dont les grands-parents.

« C'est important pour mon garçon et pour ma fille parce qu'ils manquaient beaucoup son grand-père et sa grand-maman en Colombie », raconte Yeribeth Galviz.

Odile Lavoie, une semi-retraitée, est un peu devenue la grand-mère de leur pays d'accueil. Elle fait des jeux avec les enfants, leur fait découvrir la cuisine québécoise et souhaite maintenant échanger sur des sujets de l'actualité québécoise.

« Je ne veux pas intégrer les gens de force, je ne crois pas beaucoup à ça, d'une façon artificielle. Il faut que ça soit naturel », affirme la bénévole.

Pour la coordonnatrice de Ressource Espace Familles, l'initiative profite autant aux nouveaux arrivants qu'aux aînés.

« Les grands-parents sont un lien important avec les enfants. Les enfants des familles immigrantes étaient privés de ce lien-là. D'un autre côté, j'ai constaté que les aînés québécois ont envie de se raconter. Ils ont envie de dire qui ils sont, c'est quoi cette culture. Ils sont comme les gardiens de la mémoire collective », explique Gwendoline Ethève.

Plus d'articles

Commentaires