Retour

Des bancs publics qui dérangent dans Limoilou

La Ville de Québec revient sur sa décision d'enlever des bancs publics dans le quartier Limoilou parce que des commerçants s'étaient plaints que des citoyens y passaient une partie de leur journée.

Au moins deux bancs ont été retirés sur l'artère commerciale de la 3e Avenue récemment. Des citoyens du quartier avaient l'habitude de s'y retrouver pour discuter, souvent pendant de longues heures.

La conseillère du quartier Suzanne Verreault affirme avoir été mise au parfum de la décision de l'arrondissement de retirer les bancs seulement mercredi. Elle confirme que certains commerçants se sont plaints que la clientèle se faisait parfois invectiver et que la présence des habitués sur les bancs était intimidante.

« Moi, j'ai demandé à ce qu'on les réinstalle parce que s'il y a un problème avec quelques citoyens, je me dis qu'on va essayer de trouver une autre solution, moins drastique qu'enlever les bancs, parce que les bancs c'est pour tout le monde. »

« Il n'y a pas de mal, mais à un moment donné il faut qu'il y ait une circulation. Il faut que ça bouge », avance pour sa part Philippe Doré, un commerçant de la 3e Avenue.

Une décision dénoncée

La décision de la Ville d'enlever les bancs n'a pas fait l'unanimité.

Une citoyenne, Véronique Laflamme, considère qu'il s'agit d'une forme de « nettoyage » d'une population indésirable. Elle souligne que ces gens sont souvent âgés et à mobilité réduite et qu'ils n'ont aucun autre endroit pour se rencontrer.

« Si on retire les bancs de l'espace public parce que des gens dérangent, c'est très inquiétant », insiste Véronique Laflamme.

Mercredi matin, un banc avait déjà été réinstallé au coin de la 5e Rue.

La conseillère Suzanne Verreault assure que les commerçants seront consultés pour tenter de trouver un terrain d'entente.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine