Retour

Des chasseurs donnent leur gros gibier aux plus démunis

À peine amorcée dans certaines zones du Québec, la chasse au gros gibier s'annonce généreuse cette année, mais pas uniquement en fait de bêtes abattues. Dès aujourd'hui le programme Chasseurs généreux permettra d'offrir du cerf de Virginie ou de l'orignal aux personnes ayant recours à de l'aide alimentaire aux quatre coins du Québec.

Un texte d'Alexandre Duval

Chasseurs, bouchers et banques alimentaires s'allient dans un effort inédit à l'échelle provinciale. Fruit d'un partenariat entre la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs et le réseau des Banques alimentaires du Québec, le programme Chasseurs généreux reprend un concept qui est né dans le Bas-Saint-Laurent en 2013.

« Ça faisait plusieurs années que la Fédération désirait amener ce programme partout au Québec », explique Stéphanie Vadnais, conseillère en communications à la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs.

À travers le Québec, une quarantaine de boucheries participent à cette initiative. Lorsqu'ils iront faire débiter leur gros gibier dans ces établissements, les chasseurs seront invités à faire un don de viande, de l'ordre de deux à cinq livres.

Le boucher s'occupera de transformer cette viande et de l'entreposer gratuitement. Lorsque son espace d'entreposage sera plein, il communiquera avec un organisme Moisson, qui s'occupera de récupérer la viande et de la redistribuer au sein de sa région, aux organismes d'aide alimentaire ainsi qu'aux personnes dans le besoin.

« On est privilégiés d'avoir accès à cette viande-là et de pouvoir la partager avec des gens dans le besoin de notre région. Je pense que ça va être un grand succès », anticipe Stéphanie Vadnais.

En trois ans, uniquement dans le Bas-Saint-Laurent, les Chasseurs généreux ont permis de redistribuer plus de 3500 livres de viande de bois.

Des protéines : une denrée rare

« En 25 ans d'activités, un partenariat comme ça dans lequel l'industrie se met ensemble pour nous donner des protéines, en dehors des producteurs laitiers [...] c'est une première pour nous », indique Zakary Rhissa, directeur général des Banques alimentaires du Québec.

M. Rhissa se réjouit d'avoir cet apport supplémentaire en protéines pour les personnes dans le besoin, puisque la viande est souvent difficile à aller chercher pour les banques alimentaires.

Mais au-delà de l'aspect nutritif, il perçoit cet apport comme une source de plaisir pour ceux qui en bénéficieront.

Même si une quarantaine de boucheries et de centres de débitage font partie du programme Chasseurs généreux à travers le Québec dès ce jeudi, M. Rhissa explique que les efforts de « recrutement » se poursuivent afin d'aller chercher le plus de partenaires possible.

Plus d'articles

Commentaires