Retour

Des citoyens s'opposent aux conseillers à Saint-Augustin

La séance extraordinaire convoquée par cinq conseillers municipaux de Saint-Augustin-de-Desmaures, hier soir, a finalement tourné à l'avantage du maire Sylvain Juneau.

Les conseillers avaient avisé le maire la semaine dernière de leur intention de demander un avis légal en ce qui concerne ses agissements qu'ils estiment à l'encontre du code d'éthique et de déontologie de la municipalité.

Les cinq conseillers, dont Louis Potvin, France Hamel et Guy Marcotte, ont tenté de faire adopter une résolution pour obtenir l'avis désiré, mais le maire s'y est opposé par veto.

Plus de 200 résidents de Saint-Augustin étaient présents dans la salle du conseil municipal et, dès l'ouverture, le ton était donné. Les citoyens ont hué les conseillers et ovationné le maire. La frustration de la foule était palpable. Le maire Juneau a dû rappeler à l'ordre de nombreux intervenants tout au cours de la soirée.

Il a finalement exercé son droit de veto pour reporter le débat à la prochaine assemblée, non sans déplorer l'attitude des élus.

Démissions réclamées

Les échanges les plus corsés sont survenus lors de la période de questions, qui a été prolongée à la demande des citoyens. Les conseillers se sont notamment fait demander pourquoi ils tenaient à dépenser des milliers de dollars pour obtenir un avis juridique contre le maire en pleine période de rigueur budgétaire.

Un résident a tenu à saluer la lutte du maire pour « la vérité et la transparence », tandis qu'une citoyenne a invité les conseillers à démissionner, s'ils avaient encore « une petite estime de la ville ».

Le conseiller Louis Potvin a alors donné toute sa confiance à sa collègue France Hamel, qui a assuré l'intérim dans la foulée de la démission de l'ancien maire Marcel Corriveau.

À la fin de l'assemblée, la conseillère France Hamel a reproché au nouveau maire son manque de collaboration et son attitude caractérisée par l'affrontement.

« On a l'intention d'aller de l'avant. Ça fait plusieurs semaines qu'on ramasse des comportements qui ne sont pas corrects. Il y a des façons de travailler ensemble et il faut avoir du respect les uns pour les autres. »

Partie remise ?

Comme le maire Juneau ne peut imposer son veto à la même résolution deux fois, les conseillers pourraient bien revenir à la charge pour obtenir l'avis juridique convoité.

Vendredi dernier, les conseillers ont accusé le maire d'être en croisade pour « ternir l'image de la ville ».

Plus d'articles

Commentaires