Retour

Des citoyens veulent conserver le droit de déclencher un référendum à Québec

Les travaux parlementaires ne sont pas encore amorcés sur le projet de loi accordant le statut de capitale nationale à Québec que déjà, des citoyens réclament la mort d'un article. Le Comité des citoyens du Vieux-Québec en a contre la disposition qui prévoit abolir les référendums sur des projets immobiliers.

Un texte d'Alexandre Duval

« C'est la seule façon qu'ils ont [les citoyens] de pouvoir d'aller à l'encontre de projets qui ne sont pas adaptés ou qui, au contraire, manquent de cohérence avec le milieu ou avec les attentes de la communauté », croit Jean Rousseau, président du Comité.

Même si les travaux réguliers de l'Assemblée nationale ne reprendront que le 20 septembre, Jean Rousseau assure que le Comité soumettra un mémoire en commission parlementaire pour dénoncer, entre autres, l'abolition prévue des référendums.

Selon lui, cette mesure représente « une régression importante de la capacité des citoyens à s'exprimer et à influencer les décisions contre le pouvoir des promoteurs. »

Des élus avaient déjà manifesté des réticences face à la possible abolition des référendums.

Plus de pouvoirs à Québec

En juin, le gouvernement du Québec déposait le projet de loi 109, qui aurait pour effet d'accroître les pouvoirs de la Ville de Québec dans plusieurs secteurs, s'il est adopté.

En vertu du projet actuel, les résidents qui voudraient contester le projet d'un promoteur nécessitant un changement de zonage ne pourraient plus déclencher un référendum.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, réclamait cette mesure puisqu'il juge anormal qu'un petit nombre de personnes parvienne à sonner le glas de certains projets de développement immobilier.

Jean Rousseau réplique qu'en arriver à un référendum est pourtant signe qu'un projet immobilier n'a vraiment pas la cote. « C'est une démarche qui est complexe. Il faut qu'il y ait dépôt de signatures, une pétition. Il faut que les citoyens se mobilisent, il faut qu'il y ait de l'information qui soit véhiculée. »

Le Comité des citoyens du Vieux-Québec organisera une table ronde, le 8 septembre prochain, pour réfléchir aux tenants et aboutissants des consultations populaires à Québec.

Plus d'articles

Commentaires