Retour

Des citoyens veulent des halles à côté de l'Hôtel-Dieu de Québec

Un édifice de quatre étages maximum comprenant des halles commerciales au rez-de-chaussée et des logements locatifs aux étages : voilà la vision du Comité des citoyens du Vieux-Québec pour le terrain vacant de l'îlot Charlevoix, voisin de l'Hôtel-Dieu, dans le Vieux-Québec.

Un texte d'Alexandre Duval

L'idée d'installer des halles commerciales dans le quartier historique de la ville n'est pas nouvelle. En 2014, la Table de concertation du Vieux-Québec avait évoqué cette possibilité à la fois pour l'îlot Charlevoix et pour les Nouvelles-Casernes, situées le long de la rue de l'Arsenal.

Cette idée se retrouve toutefois au cœur d'une présentation effectuée jeudi matin par le Comité des citoyens du Vieux-Québec, à l'occasion d'une rencontre de la Table de concertation du quartier.

Selon le président du Comité, Jean Rousseau, les futures halles commerciales devraient être gérées par une coopérative et abriter des commerces de proximité, plutôt qu'un supermarché.

« La dernière chose que l'on souhaite avec les petites halles serait, encore là, des boutiques de souvenirs, des choses que l'on retrouve trop dans le quartier », explique-t-il.

La conseillère municipale du district de Cap-aux-Diamants, Anne Guérette, partage cette vision, mais croit que l'avenir de l'édifice qui abrite le Marché du Vieux-Port pourrait brouiller les cartes.

« Est-ce que c'est une bonne idée d'avoir des halles d'alimentation si on conserve le marché en bas, là où il est actuellement? Ça va rester à valider. »

Un passage à partir de la rue Saint-Jean?

La côte du Palais n'étant pas très fréquentée par les piétons, Jean Rousseau croit que le succès de halles commerciales passerait par la construction d'un passage qui déboucherait dans la rue Saint-Jean. Les piétons qui y circulent seraient alors tentés de voir ce qui se trouve au bout du corridor.

« On pourrait envisager des halles un peu comme le Quincy Market, à Boston, ou Granville Island [Public Market], à Vancouver, où on ferait des percées par la rue Saint-Jean et ainsi faire en sorte qu'on désenclave un peu ce bâtiment-là », dit Jean Rousseau.

Ce dernier est toutefois conscient qu'un tel projet demanderait d'importants travaux et de longues discussions avec les propriétaires des bâtiments de la rue Saint-Jean.

Mettre en valeur la chapelle des Augustines

Lorsque l'îlot Charlevoix est devenu vacant, en 2011, lors de la démolition de l'édifice qui abritait l'entreprise de location de voitures Budget/Avis, une surprise est apparue : la chapelle des Augustines, construite au début des années 1800, est devenue visible à partir de la côte du Palais.

Jean Rousseau souhaite que cette mise en valeur de la chapelle demeure, avec la construction d'une façade en verre pour l'îlot Charlevoix.

Une idée qui a déjà été évoquée par Anne Guérette, l'an dernier. « Il est clair qu'il faut mettre en valeur les écuries royales. Il est clair qu'il faut mettre en valeur aussi l'église des Augustines », dit-elle.

Le rôle d'évaluation foncière de Québec indique que le Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ) est toujours propriétaire du terrain. La transaction avec la Ville devra donc être officialisée avant qu'un projet puisse démarrer, indique le porte-parole de la Ville, Sylvain Gagné.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine