Retour

Des citoyens veulent sauver une maison centenaire à Québec

Le traitement réservé à une petite maison blanche située sur l'avenue Wilfrid-Laurier, à Québec, ne fait pas le bonheur d'un groupe de citoyens. Le bâtiment, construit en 1879, est actuellement utilisé comme bureau de chantier pour un projet immobilier. Les citoyens y voient une menace à la préservation du patrimoine.

« Avant, il y avait un magnifique terrain ici, avec des supers beaux arbres. Depuis le premier juin, il y a une autodestruction complète », affirme Alain Perron, un voisin.

Sur le terrain de cet ancien presbytère, situé à côté de la tour Martello numéro 2, les citoyens peuvent notamment voir des matériaux de construction et des outils. Une remise pour matières dangereuses a également été aménagée.

Le propriétaire de la petite maison, Stéphan Huot, avait essuyé un refus de la Ville de Québec pour un projet de tour à condominiums, en 2013. Malgré cet échec, il utilise aujourd'hui le bâtiment comme bureau de projet pour un autre chantier situé juste en face.

« Madame Lemieux et monsieur Labeaume ont dit en 2013 qu'on leur passerait sur le corps si on voulait la détruire, se remémore la représentante du groupe de citoyens, Diane Côté. C'est ce qui est en train de se passer et personne ne lève le doigt. »

Elle et une trentaine d'autres personnes exigent que la Ville de Québec agisse dans ce dossier. Ils voudraient que le bâtiment se voit accorder un statut de résidence patrimoniale. Diane Côté estime qu'il s'agit du seul moyen « de la protéger pour les générations futures ».

Un appui politique

Le groupe de citoyens a l'appui de l'opposition, au conseil municipal. La conseillère Anne Guérette estime que l'administration Labeaume manque de volonté politique.

De son côté, la Ville rétorque que de conférer un statut patrimonial à la petite maison n'aurait aucun effet. La vice-présidente du comité exécutif, Julie Lemieux, explique que la Commission d'urbanisme de Québec possède le pouvoir d'interdire la destruction de certains bâtiments.

« Pour nous, c'est clair que la Commission va s'opposer à la démolition et va accompagner les projets pour que cette maison soit bien conservée avec le respect de son intérêt patrimonial », dit-elle.

Julie Lemieux indique toutefois que la Ville ne peut actuellement pas contraindre le propriétaire à entretenir l'édifice.

Des inspecteurs de la Ville de Québec doivent visiter le terrain de la petite maison, la semaine prochaine, pour s'assurer que son utilisation respecte les normes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine