Retour

Des commerçants du Vieux-Port dénoncent un « climat de peur » à Québec

Des commerçants du Vieux-Québec dénoncent le déménagement du Marché du Vieux-Port et se mobilisent pour contrer le « climat de peur » instauré selon eux à Québec, par le maire Régis Labeaume.

« Ce n'est pas le milieu de vie que l'on souhaite. Ce n'est pas la façon dont on entrevoit les choses », déplore Jean Rousseau. Le porte-parole de la Coalition pour le Marché du Vieux-Port veut mobiliser la population et empêcher la disparition du seul marché public du Vieux-Québec.

Mardi soir, citoyens et gens d'affaires sont conviés à un 5 à 7 au bistro Le Veravin pour échanger leurs idées.

Selon M. Rousseau, le petit marché satellite évoqué par l'administration Labeaume à la future place des Canotiers ne tient pas la route et ne fera rien pour retenir les résidents du Vieux-Québec, déjà nombreux à quitter le secteur.

« Trois ou quatre vendeurs de produits, ce n'est pas du tout l'esprit d'un marché », tranche-t-il.

Des « amis » de Démocratie Québec

Pour le maire de Québec, la sortie de Jean Rousseau et de quelques commerçants du Vieux-Québec est organisée par l'opposition à l'hôtel de ville.

« Ces gens-là, on les connaît, a ironisé Régis Labeaume. Ils ont recyclé une vieille thématique des dernières élections, le maire-monstre. »

Régis Labeaume balaie du revers de la main toute notion qu'un climat de peur puisse exister à Québec. « C'est totalement ridicule », estime-t-il.

Plus d'articles

Commentaires