Retour

Des correctifs apportés sur la route 279 à Beaumont

La limite de vitesse est abaissée de 90 à 70 km/h et une série de mesures sont annoncées pour améliorer la sécurité sur une portion jugée dangereuse de la route 279 à Beaumont. Une mère et sa fillette ont perdu la vie cet été, alors que des voix s'élèvent depuis des années pour dénoncer la vitesse dans ce secteur.

« Les arguments tendent à prouver qu'un 20 kilomètres de moins, c'est un temps de réaction de plus et un temps de freinage supplémentaire », a expliqué la députée de Bellechasse, Dominique Vien, aux côtés des membres du Comité vision sécurité de la route 279 et du maire de Beaumont.

La vitesse est réduite sur une portion d'environ un kilomètre. Transports Québec a également mis en place cinq autres mesures, la plupart touchant la signalisation, afin d'améliorer la sécurité à l'intersection de la 279 et du chemin Saint-Roch, près de la sortie de l'autoroute 20.

Par exemple, un panneau d'arrêt a été installé dans le terre-plein central de la bretelle de l'autoroute 20, qui s'ajoute à celui déjà en place, et le marquage à cet endroit a été modifié afin de réduire la largeur disponible et inciter les automobilistes à faire leur arrêt un à la fois.

La ligne d'arrêt sur le chemin Saint-Roch a également été déplacée afin d'améliorer la visibilité à l'intersection. Des panneaux clignotants annonçant la nouvelle signalisation seront également installés.

Ces mesures résultent d'un travail de concertation, a insisté la ministre Vien.

Un endroit problématique

L'accident qui a coûté la vie à Stéphanie Boulanger, 37 ans, et sa fille de 9 ans Émilie Berger le 7 août dernier, a eu pour effet de relancer les demandes du Comité Vision sécurité de la route 279, créé en 2008, qui réclamait une amélioration de la sécurité dans ce secteur.

Le Comité regroupe des représentants du monde municipal, de Transports Québec, de la Sûreté du Québec et des citoyens, notamment.

Dès 2009, le Comité avait transmis des recommandations à Transports Québec pour améliorer la sécurité sur ce tronçon. Aujourd'hui, la ministre s'est défendue d'avoir tardé à agir. « Ça prend le temps de mettre les choses en place, une concertation. [...] Cet accident effectivement a fait en sorte qu'on s'est positionné différemment pour cette intersection. »

Le père d'une victime satisfait

Alain Patry, qui a perdu sa fille de 17 ans au même endroit en 2005, demandait pour sa part que la vitesse soit abaissée à 50 km/h à l'intersection jugée dangereuse, mais il accueille favorablement les changements.

« Ce n'est pas tout à fait ce qu'on avait demandé, mais tout ce qui est fait pour sécuriser cette route-là, c'est parfait. Si la Sûreté du Québec fait respecter cette limite-là, c'est numéro un », a affirmé Alain Patry.

Alain Patry souligne que le changement tant réclamé survient la même semaine où sa fille disparue aurait célébré son 27e anniversaire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine