Retour

Des débuts encourageants en coupe du monde pour la canoéiste Anna Roy-Cyr

Anna Roy-Cyr a vécu le mois dernier son baptême en coupe du monde senior aux côtés des meilleures rameuses au monde. Les résultats obtenus en Hongrie et en Allemagne sont concluants et la motivent pour le reste de la saison de canoë.

Un texte de Jean-Philippe Martin

La jeune athlète de Lac-Beauport est rentrée au pays, satisfaite après avoir entre autres décroché une 6e position en solo sur 500 mètres.

« Je croyais que j’allais être plus nerveuse que ça, mais comme je ne connaissais pas vraiment le niveau des autres pays, je ne m’attendais pas vraiment à rien. J’ai juste foncé et donné mon meilleur. »

À sa grande déception, Canoë-kayak Canada ne l’a pas retenu pour les championnats du monde des moins de 23 ans à la fin juillet en Bulgarie.

Elle se tourne donc vers les Championnats panaméricains seniors qui seront présentés à Dartmouth en Nouvelle-Écosse en septembre.

« [Les résultats en coupe du monde] sont motivants et me donnent confiance en mes capacités. Aux championnats panaméricains, je pense que c’est réaliste de viser un podium. »

Intervention au coeur

Anna Roy-Cyr a dû subir une intervention destinée à rétablir le rythme normal de son cœur en janvier dernier.

La jeune femme était aux prises avec le syndrome Wolff Parkinson White, une anomalie congénitale de la conduction électrique à l’intérieur du cœur, qui lui causait de l’arythmie cardiaque.

« J’avais de grosses palpitations et des fois, c’était tellement fort que j’avais des vomissements durant l’entraînement. Je ne pensais pas que c’était très sérieux au début, mais ça l’était. »

Les spécialistes lui ont dit qu’elle devait cesser l’entraînement. Heureusement, l’ablation par cathéter s’est faite cinq jours après qu’elle ait reçu le diagnostic. Elle a ainsi pu reprendre rapidement l’entraînement.

« Je suis très contente que ce soit réglé, ça aurait pu causer un arrêt cardiaque. Maintenant, j’ai plus confiance que ça ne m’arrive pas sur l’eau et je pourrai pousser davantage mes limites. »

Objectif 2020...ou 2024

Anna estime qu’elle devra améliorer sa force musculaire pour espérer améliorer ses temps. Déjà, elle s’entraîne en musculation avec l’aide d’un préparateur physique.

« C’est l’aspect qui va m’aider à atteindre une autre coche, dit-elle. Je sais que je suis une des plus petites de l’équipe nationale, je suis une des plus jeune également. Je travaille fort, mais j’ai encore du pain sur la planche. »

Anna est prête à mettre tous les efforts, surtout que deux épreuves de canoë féminin, le C1 200 mètres et le C2 500 mètres, seront ajoutées au programme olympique en 2020.

« Je suis quand même jeune pour viser 2020, même si mon entraînement est fixé en fonction de ça. Sinon, ce sera pour 2024. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Trop mignons ces animaux qui font dodo





Rabais de la semaine