Retour

« Des fois, la violence, c’est nécessaire » - Jaggi Singh

Le militant antifasciste Jaggi Singh justifie le recours à la violence pour contrer les mouvements d'extrême droite.

Un texte de Louis Gagné

Au lendemain des affrontements qui ont eu lieu en marge de manifestations pro et anti-immigrations dimanche à Québec, l’activiste a soutenu que le « climat de peur et la haine » qu’entretiennent certains groupes à l’égard des immigrants et des musulmans, notamment, devaient parfois être combattus par la force.

« Ça, c’est la vraie violence, alors, contrer les gens qui veulent blâmer nos problèmes sur le dos des autres membres de notre société, nos voisins, voisines, qui sont précaires et vulnérables, il faut rejeter ça et des fois, ça prend des moyens que tout le monde ne trouve pas acceptables, mais des fois, c’est nécessaire », a déclaré M. Singh à l’émission Midi info.

Leçon de l’histoire

Le militant a toutefois précisé qu’il n’avait pas lui-même recours à la violence, mais qu’il s’agissait d’une tactique employée généralement par les mouvements antifascistes contre les représentants de l’extrême droite.

« Vous dites que pour combattre ces gens-là, les moyens violents peuvent être utilisés? » lui a demandé l’animateur Michel C. Auger.

« Oui, il ne faut pas cacher ça […] et moi, je suis prêt à assumer ça. Ce n’est pas une chose que je fais personnellement, mais il faut assumer ça. C’est une leçon de l’histoire », a répondu Jaggi Singh en référence à la montée du fascisme et du nazisme, en Europe, dans les années 1930.

Jaggi Singh a été arrêté pour attroupement illégal dimanche après-midi. Il a été libéré peu de temps après. Un procureur étudiera son dossier afin de déterminer si des accusations doivent être portées à son endroit.

Un recours à la violence « compréhensible »

Le porte-parole de l’Action citoyenne contre la discrimination, le groupe qui organisait la manifestation contre La Meute, dimanche, ne justifie pas les actes de violence commis en marge de l’événement.

Pablo Roy-Rojas ne condamne toutefois pas les manifestants qui ont fait du grabuge. Il affirme que l’utilisation de la violence est « compréhensible » et croit qu’il faut s’interroger sur les raisons qui amènent des personnes à y avoir recours pour contrer l’extrême droite.

« On a essayé de le faire par une manifestation pacifique. D'autres gens pensent que pour leur clouer le bec, il faut faire les gestes qu'ils ont faits. Nous, on n’a pas la légitimité de les critiquer ou de se positionner. On a essayé de prêcher par l'exemple. Eux pensent faire autrement. Voilà », a réagi M. Roy-Rojas en entrevue à Radio-Canada.

Le porte-parole assure que l’Action citoyenne contre la discrimination n’a rien à voir avec les débordements survenus en marge de la manifestation dimanche.

« Malheureusement, c'était hors de notre contrôle, tout ce qui s'est passé. Nous étions populaires, citoyens sans vraiment moyens de contrôler les foules ou quoi que ce soit du genre », a-t-il précisé.

Avec les informations de Marie-Maude Pontbriand

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine