Retour

Des infirmières formées à l'extérieur du Québec privées de stages

Un grand nombre d'infirmières provenant de l'extérieur du Québec n'ont pas accès à un stage qui leur permettrait de compléter leur formation. L'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) presse le gouvernement d'agir pour éviter de se priver de cette main-d'oeuvre précieuse.

Sur 700 diplômées formées dans une autre province ou à l'étranger qui doivent suivre un stage pour reconnaître leur équivalence, seulement 400 d'entre elles obtiennent une place pour compléter leur formation.

Le nombre de stages offerts dans les cégeps est insuffisant à l'heure actuelle. C'est aussi le cas dans les milieux hospitaliers où aucune stagiaire n'a été acceptée depuis décembre 2015.

Dans un mémoire qui sera déposé, mardi matin, à la Commission des institutions à Québec dans le cadre de l'étude du projet de loi 98 sur l'éthique des ordres professionnels, l'OIIQ réclame des actions du gouvernement.

« C'est une problématique qui est bien documentée et connue. Et on le voit bien, le goulot d'étranglement ne se situe pas au niveau des ordres professionnels. Il faut lever ces obstacles-là », plaide Lucie Tremblay, présidente de l'OIIQ.

La présidente de l'OIIQ montre du doigt le financement insuffisant dans les cégeps pour répondre aux besoins de formation des infirmières immigrantes. Lucie Tremblay croit aussi que le gouvernement ne doit pas créer de fausses attentes à ces travailleuses qui arrivent au Québec dans l'espoir de se trouver un emploi.

« Il faut qu'il y ait un financement qui soit approprié et qu'on augmente le nombre de places. Peut-être aussi que le ministère de l'Immigration devrait donner l'heure juste aux candidates en lui disant qu'on venant ici, c'n'est pas garanti qu'elles vont trouver du travail. »

La présidente de l'OIIQ croit par ailleurs que le gouvernement fait fausse route en proposant d'élargir le rôle du Commissaire aux plaintes de l'Ordre des professions pour traiter les admissions de ces candidates. Le problème est ailleurs, croit Lucie Tremblay. C'est le message qu'elle entend lancer ce mardi en commission parlementaire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un drone filme la beauté de l'Australie





Concours!



Rabais de la semaine