Retour

Des jeunes font un plaidoyer pour « un transport en commun fort » à Québec

Dans une lettre intitulée Pour un transport en commun fort, 18-35 ans , un jeune de Québec, Alex Tremblay-Lamarche, lance un véritable cri du coeur au maire de Québec après l'abandon du projet de service rapide par bus (SRB). Il invite les citoyens en faveur du projet à se prononcer.

L'initiateur de la lettre demande aux citoyens de signer le document et de le diffuser dans les réseaux sociaux. Alors que plusieurs voix s'élèvent dans l'espace public contre le SRB, Alex Tremblay-Lamarche veut apporter un autre point de vue.

« Dans mon entourage, la plupart des gens sont pour le SRB, ce que j'observe, c'est un appui massif au transport en commun », avance-t-il.

Ce jeune reconnaît que le projet n'est pas parfait, mais il estime qu'il est temps de faire passer Québec au 21e siècle en matière de transport en commun.

« Québec abandonne un projet qui n'est pas parfait, mais propose des solutions concrètes pour améliorer le transport en commun » affirme-t-il.

Il estime que la consultation publique annoncée par le maire Labeaume va entraîner un retard considérable dans le développement du transport urbain.

« C'est se condamner à prendre 10 ans de retard sur toutes les autres villes du nord-est de l'Amérique », croit Alex Tremblay-Lamarche.

Il explique qu'il a choisi de quitter sa ville natale de Lévis parce que le transport en commun ne lui convenait pas. Il ajoute qu'il appartient cependant aux citoyens de choisir entre l'auto ou le transport en commun.

« Personne ne va dire qu'un bon transport en commun n'est pas nécessaire pour développer une ville touristique et étudiante comme Québec », insiste Alex Tremblay-Lamarche.

Jusqu'à présent, 120 personnes, en majorité des jeunes dans la vingtaine, ont signé la lettre.

Alex Tremblay-Lamarche se donne jusqu'au 1er mai pour récolter le maximum de signatures, date à laquelle il se présentera au conseil municipal pour présenter les appuis au projet de transport en commun.

Appui fédéral au SRB

Le ministre fédéral Jean-Yves Duclos estime pour sa part que la région de Québec a besoin d'infrastructures solides en matière de transport en collectif.

Il affirme que la consultation publique annoncée par le maire Labeaume n'est pas un recul, mais bien une opportunité pour faire quelque chose de mieux.

« On trouve ça important que le travail se fasse de manière collaborative et nous on va être là pour appuyer la région de Québec », a t-il dit en marge d'une conférence de presse.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine