Retour

Des manifestants retardent l'entrée au travail de fonctionnaires

Des représentants des groupes communautaires ont bloqué pendant plus de deux heures l'accès à l'édifice du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, à Québec. Les fonctionnaires ont dû patienter jusqu'à 9 h 30 pour entrer au travail.

Quelque 200 manifestants de plusieurs régions ont pris part à cette action visant à dénoncer l'inaction du gouvernement. Les manifestants sont demeurés sur place dans l'espoir de livrer un message au ministre Sam Hamad qui est responsable de la politique de l'action communautaire.

« On est rendu à faire une action plus dérangeante parce que des pétitions on en a fait, des lettres on en a fait, des campagnes de sensibilisation, des rencontres avec des ministres. Mais on n'a pas de réponse », déplore une porte-parole de la manifestation, Caroline Toupin.

Les policiers sont intervenus vers 9 h 30 pour demander aux manifestants de libérer le passage pour les fonctionnaires. Le gestionnaire de l'édifice de la rue Saint-Amable n'a pas apprécié ce coup d'éclat.

« À notre sens, la contestation n'a pas d'affaire là. Leur revendication est peut-être légitime, mais ce n'est pas à moi à juger. On n'est pas contre ce mouvement-là, on est contre le fait qu'ils bloquent un édifice privé », a affirmé René Nadeau.

Les organismes d'action communautaire ont conclu leur manifestation avec une marche dans les rues de Québec. Ils réclament un rehaussement du financement dans le milieu communautaire, une reconnaissance de leur autonomie et la fin des mesures d'austérité.

Une autre porte-parole de la mobilisation, Vicky Brazeau, soutient que le sous-financement touche les organismes communautaires qui ont besoin d'un investissement d'urgence de 265 millions de dollars.

« Ce qu'on voit, c'est des fermetures temporaires d'organismes, des fermetures complètes, des cessations d'activités de services. La population n'aura plus accès à ces ressources-là », affirme Mme Brazeau.

Plus d'articles

Commentaires