Retour

Des mesures de sécurité accrues au Patro de Charlesbourg

Le Patro de Charlesbourg resserre ses mesures de sécurité pour éviter tout autre incident, après que le petit Jordan Claveau-Pelletier, 6 ans, ait subi de sérieuses brûlures aux mains en introduisant une broche dans une prise électrique extérieure, le 16 juillet dernier.

Toutes les prises extérieures viennent d'être recouvertes de boîte métallique fermée par un cadenas.

« C'est des boîtes permanentes. C'est malcommode un peu d'utilisation, mais c'est beaucoup plus sécuritaire », explique la directrice générale du Patro de Charlesbourg, Carole Pelletier.

Les ingénieurs qui ont examiné le système électrique du bâtiment après l'accident avaient simplement recommandé de remplacer le clapet manquant de la prise, selon Mme Pelletier. Mais la direction du Patro de Charlesbourg a décidé de ne courir aucun risque.

« Le conseil d'administration a dit : "va plus loin et met des boîtes de métal cadenassées". »

Les boîtiers ont été posés mercredi. Mais depuis l'incident, l'électricité avait été coupée sur toutes les prises extérieures.

Plus de surveillance

La direction entend également augmenter la surveillance auprès des jeunes garçons lorsqu'ils jouent près des jeux d'eau. L'accident est survenu au bâtiment de services, situé tout juste à proximité. 

Les garçons de 6 à 7 ans sont les plus « dissipés », souligne Mme Pelletier.

« Il y aura du personnel supplémentaire. Il y avait déjà les animateurs, les moniteurs responsables, les moniteurs et les apprentis qui étaient présents. On va s'assurer l'été prochain d'ajouter du personnel de surveillance pour ce groupe d'âge-là. »

Cette mesure entrera en vigueur l'année prochaine, puisque le camp de jour s'est terminé hier.

Trop peu, trop tard

Alexandra Pelletier, la mère du petit Jordan, estime que ces mesures sont une bonne chose, mais qu'elles auraient dû être mises en place avant qu'un accident ne survienne.

L'enfant, qui a dû être hospitalisé pour ses blessures, en conserve encore des séquelles, dit-elle. Alexandra Pelletier se dit toujours en réflexion sur la possibilité d'intenter une poursuite contre le Patro de Charlesbourg.

Plus d'articles

Commentaires