Retour

Des mesures pour les commerçants et résidents au lendemain des manifestations

La Ville de Québec et le gouvernement du Québec mettent sur pied un programme d'aide aux commerçants et aux résidents dont les propriétés subiraient des dommages lors des manifestations anti-G7.

Le programme d’aide au dépannage à la continuité des affaires et de l’habitation vise à permettre aux citoyens et aux commerçants de retrouver rapidement l’usage de leur propriété en cas de bris aux vitrines ou aux portes.

Tout d’abord, les commerçants et les résidents seront invités à composer un numéro de téléphone dès qu’un méfait survient à leur propriété. Des spécialistes du ministère de la Sécurité publique seront alors dépêchés sur place pour faire un constat des dommages.

La mesure facilitera la demande de dédommagement auprès du gouvernement fédéral, car le constat est nécessaire pour entamer le processus de réclamation, fait valoir le maire.

« Dans le processus de remboursement de ces dommages, on peut travailler ensemble pour pousser sur le fédéral. »

Par ailleurs, la Ville et le gouvernement provincial entendent rembourser rapidement (dans les 10 jours) 75 % des coûts engendrés pour le remplacement temporaire de vitrines ou de portes qui auraient été endommagées.

« Nous, ce qui est important, c’est que tu puisses continuer à être en affaire et que tu puisses continuer à vivre chez vous », affirme le maire.

Le remplacement permanent fera partie de la demande de remboursement destinée au fédéral, un processus qui risque d'être plus long, souligne le ministre Sébastien Proulx.

« Ce qu’on veut, c’est qu’avant de se retrouver dans un processus pour remettre en état de manière permanente les affaires, qu’on puisse rapidement convenir d’une période où temporairement, on sera capable de supporter les travaux de remplacement pour qu’ils puissent continuer à opérer. »

Le gouvernement du Québec entend par ailleurs continuer à mettre la pression sur le gouvernement fédéral, qui, souligne le ministre Proulx, a la responsabilité d'assumer les coûts reliés au G7.

Plus d'articles