Retour

Des militaires de Valcartier en Irak pour contrer le groupe armé État islamique

Radio-Canada a appris qu'une centaine de militaires du 430e Escadron tactique d'hélicoptères à la base de Valcartier ont reçu l'ordre de se préparer à être déployés dans le nord-est de l'Irak en août. Une mission délicate de six mois pendant laquelle ils soutiendront les forces spéciales qui forment en ce moment les forces de sécurité irakiennes opposées au groupe armé État islamique.

D'après les informations de Cathy Senay

Selon ce que nous avons pu apprendre, les membres d'équipage de quatre hélicoptères de type Griffon de la base de Valcartier auraient pour mission de relever les militaires du 427e Escadron de la base de Petawawa, en Ontario. En ce moment, il y a trois hélicoptères sur le terrain.

Les militaires sur place portent assistance aux formateurs canadiens en transportant du matériel, en procédant à des évacuations médicales au besoin ou encore en exécutant du travail humanitaire.

Rémi Landry, lieutenant-colonel à la retraite et professeur associé de l'Université de Sherbrooke, affirme que les militaires de Valcartier seront déployés dans le nord-est de l'Irak, à plusieurs kilomètres de la ligne de front actuelle, là où les forces spéciales sont situées.

« À l'intérieur d'un endroit qui va être tout de même sécuritaire compte tenu du fait qu'ils doivent être en mesure de pouvoir opérer, entretenir et ravitailler leurs hélicoptères. »

En février, le gouvernement Trudeau a dévoilé sa nouvelle approche pour participer à la lutte contre le groupe armé État islamique dans la foulée de l'arrêt des frappes aériennes des CF-18. Une stratégie qui fait passer le nombre de troupes de 650 à 830 militaires et concentre les efforts du Canada dans la formation des forces de sécurité irakiennes et le travail humanitaire.

Une mission qui n'est pas sans risques, même pour les membres du 430e Escadron tactique d'hélicoptères de Valcartier, souligne M. Landry.

« Les risques sont les mêmes que pour ceux en ce moment déployés avec les forces spéciales. C'est sûr qu'ils vont opérer d'une base plus sécuritaire. Mais lorsqu'ils vont faire des opérations, des manoeuvres, ils vont se rapprocher des zones de combat. »

Les militaires de Valcartier se seront familiarisés avec les cultures irakienne et kurde avant leur départ cet été. L'identité des soldats qui quitteront pour l'Irak ne sera pas dévoilée pour des raisons de sécurité et afin d'éviter que ces militaires ou encore leurs proches soient ciblés par des attaques du groupe État islamique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine