Retour

Des photographes de Québec dénoncent les concours de photos de mariage

Des photographes professionnels de la région de Québec sont en colère. Ils dénoncent les concours de photos mis en place par des entreprises qui demandent aux participants de leur faire parvenir des photos de leur mariage.

Un texte de Jean-François Nadeau

Le problème, c'est que ces photos sont souvent utilisées par les entreprises pour monter des banques d'images, qu'elles peuvent utiliser, sans avoir à payer de droits d'auteur aux photographes.

Le photographe Michaël Fournier a réalisé l'existence du phénomène, il y a quelques jours, quand des clients l'ont contacté pour lui demander s'ils pouvaient utiliser six photos de leur mariage pour participer à un concours.

L'entreprise, qui offre entre autres des services de décoration de salle, offre aux gagnants un prix d'une valeur de 500 $.

« La compagnie a communiqué avec moi, raconte Michaël Fournier. Je me suis rendu compte qu'en fait, ce qu'ils voulaient, c'était des photos gratuites pour faire la promotion de leurs décorations dans le futur. Le problème, c'est qu'ils ne voulaient pas me payer mes photos. Ils les voulaient gratuitement. »

Les entreprises qui organisent ce type de concours sont nombreuses. Le photographe Francis Vachon dénonce également cette situation sur son blogue. Le texte a été partagé plus de 12 000 fois sur les réseaux sociaux.

« En lisant attentivement les différentes clauses des règlements, on se rend finalement compte que l'organisation du concours se réserve le droit d'utiliser toutes les photos soumises de façon commerciale, écrit-il. Pas juste les gagnantes. Toutes. Certains poussent même l'outrecuidance en précisant que le photographe dédommagera la compagnie s'ils se font poursuivre pour une raison quelconque suite à la publication d'une photo qu'il a soumise. »

Pas de mauvaise intention

Chant-O-Fêtes fait partie des entreprises qui organisent ce type de concours de photos depuis quelques années. Les propriétaires assurent qu'ils n'ont jamais voulu nuire aux photographes.

« J'étais convaincue que les gens qui embauchent des photographes ont automatiquement les droits sur les photos, explique la copropriétaire de Chant-O-Fêtes, Josée Pilote. À l'avenir, je vais m'assurer que les droits d'auteur ne sont pas bafoués. »

La propriétaire explique que son entreprise est petite et qu'elle n'aurait pas les moyens d'embaucher un photographe professionnel pour prendre en images chaque salle qu'elle décore. Elle a lancé le concours pour avoir une banque d'images qui lui coûte beaucoup moins cher.

Josée Pilote s'engage également à publier le nom des photographes professionnels qui sont les auteurs des photos diffusées.

« C'est aussi une forme de publicité pour les photographes, qui peut leur amener des contrats, éventuellement », soutient Josée Pilote.

Peu importe, Michaël Fournier refuse que ses clients utilisent les photos qu'il a prises pour participer à des concours. Il souligne du même coup que les concours placent les photographes dans une situation inconfortable.

« Ça met un peu le photographe dans le rôle du méchant, qui ne veut pas que les mariés participent au concours, dit-il. J'espère juste ne pas créer de zizanie avec mes clients, parce que des clients, ça peut parler en bien et faire de la bonne publicité, mais si malheureusement ils ne sont pas d'accord avec mon choix, je peux aussi ne pas avoir de bonne publicité de leur part dans le futur. »

Les photographes déplorent aussi que plusieurs clients lisent leur contrat et les règlements des concours en diagonale. Même si les contrats des photographes stipulent généralement que les photos ne doivent pas être utilisées à des fins commerciales, des clients les envoient tout de même dans les concours.

Plus d'articles

Commentaires