Retour

Des Québécois témoignent de l'enfer des feux de forêt à Fort McMurray

Un mur de flammes qui progresse dans la ville. Une fumée noire qui obscurcit le ciel. Des Québécois qui habitent à Fort McMurray ont craint pour leur vie au moment de fuir le brasier.

« C'est spécial », admet Stéphane Leblanc au bout du fil, en route vers Edmonton. Mardi, celui qui a longtemps habité Lévis a tout laissé derrière à Fort McMurray. Comme des milliers de résidents, il a fui les flammes qui menaçaient son quartier.

« C'était une vision apocalyptique. Une vision d'horreur », se souvient-il. En quittant la ville, il a dû traverser le coeur du feu. 

En plusieurs endroits, les flammes étaient à quelques mètres de la route.

À l'école primaire où travaille sa femme, Stéphane Leblanc a aidé à l'évacuation des élèves. Plusieurs enfants ont dû quitter les lieux dans des autobus sans nouvelles de leurs parents, tellement la progression de l'incendie était rapide.

« De voir la terreur dans le regard de ces enfants-là, l'impuissance face à tout ça. Qu'est-ce qui va arriver? Qu'est-ce qu'on va faire? »

Cinq minutes pour s'en aller

Kévin Lemire, qui a grandi dans le secteur Neufchâtel, à Québec, a été évacué d'urgence par les forces de l'ordre.

« Voir les flammes dans le fond de son quartier à travers la forêt et savoir que tu as cinq minutes pour rentrer chez toi et prendre tes effets personnels, c'est une expérience que je ne souhaite à personne. »

Maintenant hébergé dans le secteur de Lac La Biche, au sud de Fort McMurray, il a appris que sa maison avait été complètement rasée par les flammes.

Lui aussi a fui au volant de son véhicule. De longues heures d'angoisse, prisonnier d'un gigantesque bouchon de circulation.

Sain et sauf, il espère maintenant que le temps chaud et sec cédera la place à un peu de pluie, pour permettre aux pompiers de reprendre le dessus sur le brasier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine