Retour

Des radars photo mobiles à Québec dès cet automne

Les radars photo mobiles feront leur apparition dans les rues de Québec dans moins de trois semaines. Le ministère des Transports et la Ville de Québec ont choisi 35 sites où quatre appareils seront déployés en alternance à compter du 19 octobre.

La majorité des emplacements sont situés dans des quartiers résidentiels. Ils ont été sélectionnés en fonction de critères liés à la sécurité routière.

Parmi les secteurs visés, on retrouve le boulevard Chauveau Ouest, entre la route de l'Aéroport et la bretelle d'accès à l'autoroute Henri-IV; le boulevard Saint-Jacques entre Johnny-Parent et Chauveau; le boulevard Louis-XIV entre Pierre-Bertrand et la rue des Métis ainsi que le boulevard Champlain entre l'impasse des Cageux et la côte Gilmour.

Des emplacements ont aussi été ciblés à L'Ancienne-Lorette et Saint-Augustin-de-Desmaures

Parmi les nouveaux appareils, un radar fixe de surveillance sera notamment installé au feu rouge à l'intersection du boulevard Charest Est et de la rue Dorchester. Ce dernier sera en service à compter de la mi-novembre.

Les appareils mobiles seront sous le contrôle de la police de Québec qui décidera de leur emplacement. « L'objectif, c'est de s'organiser pour que les gens ralentissent dans les quartiers résidentiels », indique le maire Régis Labeaume.

Des résultats convaincants

C'est le ministère des Transports qui assume les coûts du projet et qui en tirera les profits. « Tous les frais sont supportés par le gouvernement qui fera des revenus. Nous, on n'a aucun coût, mais aucun revenu non plus », précise M. Labeaume.

Sur les ondes de ICI-Radio-Canada Première, le ministre des Transports, Robert Poëti, a indiqué, jeudi, que les radars photo contribuent grandement à l'amélioration du bilan routier, même si les automobilistes sont prévenus de la présence des appareils. 

« Il y a une baisse moyenne de 80 % des passages aux feux rouges où on a installé ces appareils. Alors, les gens qui forcent les feux rouges là, je pense que ça fait le travail », affirme le ministre.

Une baisse de 59 % des excès de vitesse est aussi observée dans les zones de radars fixes. « Les statistiques sont claires », tranche Robert Poëti.

Au total, 129 emplacements seront aménagés à la grandeur de la province. L'implantation de ces radars photo s'inscrit dans un projet pilote de coopération municipale d'une durée d'au moins 18 mois.

Plus d'articles

Commentaires