Retour

Des rats font fermer une cuisine de maison de chambres

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) a forcé une maison de chambres de Limoilou à fermer sa cuisine en raison de la présence de rats.

La trentaine de résidents n'a toutefois par été évacuée de la maison du 1400, chemin de la Canardière.

Le propriétaire a dû faire des travaux de plomberie et d'extermination pour retrouver son permis de cuisine vendredi dans la journée.

Mario Bousquet, le coordonnateur du programme Clé en main, un organisme qui travaille auprès des pensionnaires de maisons de chambres, a suivi les travaux.

Il explique qu'« il y avait un problème au niveau de la plomberie. C'est que les rats pouvaient entrer, mais ils ne pouvaient pas sortir, alors donc, ils se sont multipliés et là, ils ont réglé ce problème, ils ont dératisé. »

Situation fréquente

La situation de cette maison de chambres n'est pourtant pas si exceptionnelle. La salubrité et l'entretien général de ces maisons ont été examinés dans un rapport publié par le Centre de santé et services sociaux de la Vieille Capitale, en janvier dernier.

On apprend dans l'étude Vivre en maison de chambres dans la Ville de Québec que plusieurs maisons de chambres connaissent ces problématiques.

Mario Bousquet ne jette toutefois pas la pierre aux propriétaires. Selon lui, les maisons de chambres sont souvent difficiles à rentabiliser en raison du faible revenu des locataires. Les propriétaires sont donc moins enclins à rénover continuellement les immeubles.

L'intervenant croit tout même qu'il est important de conserver les maisons de chambres.

« Il ne faut pas voir ces endroits-là comme un problème, mais comme une solution pour des gens qui choisissent de vivre dans ces maisons. Sinon, ils seraient à la rue. C'est un rempart à l'itinérance », conclu-t-il.

Données tirées de l'étude : 

Plus d'articles

Commentaires