Retour

Des réfugiés syriens attendus depuis janvier à Pont-Rouge

Le comité d'accueil d'une famille syrienne à Pont-Rouge s'impatiente devant les lenteurs administratives du gouvernement fédéral. Tout est prêt depuis janvier, mais encore à la fin juin, Ottawa demande aux bénévoles du comité d'être patients.

« Dans le loyer, on a encore les petits sièges d'auto avec les habits de neige qu'on n'a pas voulu enlever pour montrer le ridicule », explique Michel Boilard, président du comité d'accueil de la famille syrienne de Pont-Rouge.

Les bénévoles ont trouvé un logement dans une coopérative d'habitation pour les réfugiés : « On a tout préparé. Il a été lavé, peinturé, meublé, décoré avec des petits mots de bienvenue qui sont accrochés. Tout est prêt. Et on attend », illustre M. Boilard.

Le comité a pu amasser environ 30 000 $ pour recevoir une famille syrienne, incluant deux enfants âgés de 3 ans et de 6 mois. Mais dans l'attente de l'arrivée de ces réfugiés, le loyer doit être payé. Cela représente 500 $ par mois pour le comité.

« On paie dans le vide pendant ce temps-là, s'impatiente Michel Boilard. J'ai envie de dire que c'est un peu décourageant aussi pour une équipe de bénévoles. »

Line Faucher, qui fait partie du comité d'accueil depuis le tout début, s'inquiète quant à elle de la qualité de vie de la famille qui doit venir à Pont-Rouge.

« On ne peut pas comprendre qu'ils [les fonctionnaires fédéraux] laissent dépérir une famille en Syrie quand ils savent très bien qu'ils peuvent être en paix ici », déplore celle qui depuis des mois conserve la photo de la famille tant attendue dans son sac à main.

Le comité d'accueil de Pont-Rouge dit recevoir comme réponse du gouvernement fédéral que la famille qu'il parraine pourrait seulement arriver à la fin de l'année ou au début de l'année prochaine. 

Pression auprès du ministre

La situation est à ce point un irritant que le comité d'accueil citoyens a demandé à son député, le conservateur Joël Godin, de faire pression.

Le député de Portneuf -Jacques-Cartier a d'ailleurs l'impression que le gouvernement de Justin Trudeau a abandonné le dossier après avoir rempli sa promesse d'accueillir 25 000 réfugiés syriens.

« C'est un manque de respect pour les gens de nos régions, les gens qui se sont mobilisés pour aider des gens qui sont dans le besoin. » 

En ce qui concerne les deux autres comités d'accueil créés dans Portneuf, à Saint-Ubalde et à Saint-Basile, ils attendent également les familles qu'ils ont parrainées.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine