Retour

Des repas de Noël concoctés par des citoyens pour les plus démunis

Canard, gratin dauphinois, bœuf bourguignon, pâtés, pâtisseries : des plats réconfortants sont acheminés aux personnes démunies en cette veille de Noël, à Québec. Et il ne s'agit de pas repas industriels. Ce sont plutôt quelques dizaines de citoyens qui ont décidé de cuisiner bénévolement et de remettre leur production à ceux qui en ont vraiment besoin.

L’événement a été mis sur pied par une citoyenne de 28 ans, Françoise Brousseau-Fradette, qui a lancé un appel à la générosité sur Facebook. « Je m'attendais à ce qu'on soit peut-être une vingtaine, une trentaine de personnes qui allaient participer au maximum [...] Ça n'arrête pas! Depuis 11 h 45, les gens viennent! », s'exclame-t-elle devant le succès de son événement.

Une cinquantaine de personnes, dont plusieurs jeunes de moins de 30 ans, se sont jointes au mouvement. Après avoir concocté divers plats dans le confort de leur foyer et les avoir emballés individuellement dans des contenants en aluminium, le moment est venu de les distribuer, ce samedi.

Sur le coup de midi, les cuisiniers bénévoles se sont donc rassemblés au parc Chauveau, à Québec, pour y déposer le fruit de leur labeur. De là, une équipe était chargée d'entasser toute la production dans un camion, puis de livrer le tout à des organismes de charité de Québec dont la Maison Revivre, le Squat basse-ville et Lauberivière.

« L'idée, à la base, c'était qu'on aille distribuer dans la rue. Finalement, l'idée a pris de l'ampleur et on a décidé d'aller distribuer directement dans les centres », indique l'organisatrice.

Françoise Brousseau-Fradette affirme que cet élan d'altruisme lui vient de son enfance, quand ses parents avaient l'habitude de donner de la nourriture aux sans-abris.

Cet été, j'ai renoué avec ça. Je suis allée donner de la nourriture aux sans-abri dans la rue dans le quartier Saint-Roch. Je me suis dit qu'à Noël, j'avais envie de faire la même chose.

Françoise Brousseau-Fradette, organisatrice de l'événement

Des familles motivées

Les trois soeurs Sansregret ont répondu à l'appel de Françoise Brousseau-Fradette. Elles sont arrivées sur le coup de midi au parc Chauveau avec des quiches, des lasagnes, de la salade et des muffins.

« Ça sert un peu à ça, Noël. Plus on vieillit, plus on a le goût de donner aux autres », dit Anne Sansregret.

Les trois frères Bérubé ont un raisonnement semblable. L'un d'eux, Jérémie, raconte qu'il a pris connaissance de l'événement parce que ses amis le partageaient sur les réseaux sociaux.

J’ai vu des gens qui postaient ça, donc je m’y suis intéressé. Je suis allé voir et je me suis dit, c’est pour nous!

Jérémie Bérubé

Il affirme avec un brin de candeur que ses frères et lui ont reçu un peu d'aide pour la confection des cuisses de canard confites, des haricots et des desserts chocolatés. « Pour être honnête, on a eu l’aide de notre mère aussi! », dit-il en souriant.

Bon signe pour l'avenir

À la Maison Revivre, on s'étonne de voir toute cette nourriture arriver à temps pour le réveillon. C'est un baume à la fois pour les personnes dans le besoin et pour le personnel de l'organisme.

« Les gens qui sont ici dans la salle et qui ont vu arriver cette dame-là (Françoise Brousseau-Fradette) émerveillée, et qui voient arriver la nourriture, ils savent qu'il y a des repas qui s'en viennent! Ça donne congé à notre cuisinier qui a beaucoup travaillé! », dit le directeur Martin Payeur.

Ce geste lui permet d'entrevoir l'avenir avec optimisme. « Je suis émerveillé de voir des jeunes s'impliquer de plus en plus [...] Ça me donne plein de signes d'espoir que l'avenir est assuré avec des gens de même! »

Plus d'articles

Commentaires