La situation de la rivière Chaudière a continué à se détériorer en fin de journée, samedi à Beauceville. Les sous-sols de quelques résidences du centre-ville ont commencé à être inondés; les autorités de la municipalité retiennent leur souffle pour ne pas revivre le tumulte de l'année dernière.

« On a présentement des résidences autant du secteur ouest que du secteur est qui sont touchées », a indiqué le directeur général de Beauceville, Félix Nunez, vers 20 h 30 samedi soir.

Aucune évacuation n'a encore été réalisée, mais si les résidences devenaient inaccesibles, il faudrait alors forcer les citoyens à quitter leur maison.

Plusieurs tronçons de rues ont été fermés à la circulation des véhicules, mais on a la collaboration du ministère des Transports ainsi que de la Sûreté du Québec qui nous permettent de sécuriser les périmètres.

Félix Nunez, directeur général de la municipalité de Beauceville

Plus tôt en journée, une partie de l'embâcle qui s'était formé sur la rivière Chaudière avait cédé, ce qui laissait croire au directeur général que la situation irait en s'améliorant.

Or, l'eau a continué à monter, tant et si bien que le ministère de la Sécurité publique du Québec a fait passer la situation d'inondation mineure, samedi après-midi, à inondation moyenne en soirée. Un embâcle de 2,5 kilomètres en toujours présent sur la rivière Chaudière à la hauteur de la route 108.

La pluie qui continue de tomber pourrait avoir deux effets contraires, selon Félix Nunez. L'embâcle pourrait être emporté par le courant, ce qui ferait rapidement redescendre le niveau de la rivière.

« Mais ça peut aussi faire en sorte que ça va renflouer le bassin qui est déjà gorgé d’eau », explique-t-il.

Mauvais souvenirs de 2016

L'année dernière, à la même période de l'année, un embâcle de 7 kilomètres s'était formé dans le centre-ville de la municipalité après une crue soudaine. Environ 200 résidents avaient dû être évacués.

« On avait pratiquement un pied d’eau glacée à même les boulevards, à même des voies de circulation et là où se trouvent les maisons », se souvient Félix Nunez.

Même s'il ne croit pas qu'une telle situation se reproduira cette année en raison du temps doux qui balaie la région, le directeur général de Beauceville reste prudent.

Ce qui est intéressant avec la rivière, c’est que c’est loin d’être une science exacte. Un cas n’est pas similaire à un autre. Il faut toujours s’adapter et être vigilant pour s’assurer que nos gens sont en sécurité.

Félix Nunez, directeur général de la municipalité de Beauceville

Carte : Google Maps

D'autres villes touchées

Des portions de la rivière Chaudière sont aussi sous surveillance dans d'autres villes. C'est notamment le cas à Saint-Joseph et à Lévis, dans le secteur des Chutes de la Chaudière, où le débit d'eau était en hausse en après-midi.

Le cours d'eau fait aussi l’objet d’une surveillance à Saint-Georges, où des mouvements de glace ont été observés.

« Actuellement, tout ce qui est au sud du fleuve Saint-Laurent fait l’objet d’un avertissement de débâcle », indique Pierre Corbin d’Hydro Météo.

« Il y a déjà des cours d’eau qui ont produit des mouvements de glace et même des amoncellements de glace ou des embâcles. »

Selon M. Corbin, le temps doux annoncé pour les prochains jours et les accumulations de pluie prévues attendues devraient faire augmenter encore le niveau des cours d’eau.

Plus tôt cette semaine, le ruisseau Rouge avait aussi été mis sous surveillance, à Lévis. Les habitants de 23 résidences avaient dû être évacués. Certaines résidences avaient subi des dommages.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un oisillon aide son frère à sortir de sa coquille





Rabais de la semaine