Retour

Des résidents en croisade pour un raccordement à Hydro-Québec

Exaspérés de devoir utiliser des génératrices et des panneaux solaires pour s'alimenter en électricité, des résidents du chemin Cauchon à Saint-Tite-des-Caps demandent à la municipalité de les raccorder au réseau d'Hydro-Québec.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

Situé à moins d’une dizaine de kilomètres du village, le chemin Cauchon est habité par une trentaine de résidents permanents et environ le même nombre de résidents saisonniers.

Le projet d’électrification du chemin de 5,7 kilomètres est estimé à 250 000 $. Environ 37 propriétaires ont fait la demande de raccordement.

« La municipalité devrait nous aider », lance un des propriétaires Réjean Lacasse qui est président de la Corporation des résidents du chemin Cauchon, organisme sans but lucratif qui assume divers frais reliés à l’entretien de la route.

M. Lacasse rappelle que ce secteur rapporte chaque année 150 000 $ en taxes foncières à la municipalité. « On paye nos taxes à la municipalité. Quand il y a quelque chose de briser, on demande à la corporation et on le fait. De la municipalité, on reçoit zéro », souligne-t-il.

Les propriétaires estiment que la municipalité gagnerait beaucoup à électrifier le secteur. La Corporation a investi 35 000 $ pour entamer les travaux d’ingénierie. « On n’a déjà fait arpenter pour localiser les servitudes pour Hydro Québec, mais on n’a pas l’appui de la municipalité », déplore Réjean Lacasse.

Fonds éoliens

Le maire de Saint-Tite-des-Caps répond que sa municipalité n’a pas la capacité financière pour soutenir un tel projet.

« Nous, on est la municipalité la plus petite et la plus faible en richesse foncière, on a peu de revenus de taxes. On ne peut pas se permettre de donner un montant comme ça en subvention » se désole le maire Majella Pichette.

Saint-Tite-des-Caps demande donc à la MRC de la Côte-de-Beaupré de retirer 150 000 $ des redevances du Parc éolien communautaire de la MRC de la Côte-de-Beaupré pour financer le projet.

« La balance va être payée par la redevance d’Hydro-Québec. Présentement, il y a 37 résidents qui veulent se brancher donc ça ferait le fond financier qu’il manque pour le projet », estime le maire.

Demande refusée

La demande de financement a toutefois été refusée par les autres élus de la MRC. « Ils nous répondent que les gens du secteur et la municipalité vont s’enrichir avec les taxes et que ça devrait être un projet municipal », déplore Majella Pichette.

Les retombées économiques du parc éolien sont estimées à 2 millions de dollars par années pour la MRC. M. Pichette soutient que, contrairement à Saint-Tite-des-Caps, plusieurs projets dans d’autres municipalités ont déjà obtenu leur part.

La municipalité réitèrera sa demande, mercredi soir, lors du conseil des maires de la MRC. Majella Pichette prévient que si elle est à nouveau refusée, il s’opposera aux demandes de financement de ses confrères, les privant ainsi de l’unanimité nécessaire pour les faire adopter.

Plus d'articles

Commentaires