Retour

Des restaurateurs de Québec en deuil d’Anthony Bourdain

Le décès inattendu d'Anthony Bourdain, chef américain devenu mondialement célèbre grâce à son émission de télévision culinaire Parts Unknown, bouleverse les restaurateurs de Québec qui l'ont côtoyé. Ces derniers saluent l'être respecté, généreux et inspirant qu'il était.

Un texte de Charles D'Amboise

Le chef et propriétaire de L’Affaire est Ketchup, François Jobin, a rencontré l’animateur de Parts Unknown lors du tournage d’un épisode diffusé en 2013. C’est Bourdain lui-même qui avait voulu tourner à Québec.

« Sa particularité, c’est qu’il allait toujours dans les restaurants les plus locaux, où les gens des villes allaient manger. Il n’allait jamais dans les attrape-touristes. Il voulait montrer l’esprit derrière le plat. La culture autant que la culture. C’est un être qui était très intéressé et intéressant », souligne François Jobin, qui se rappelle de la curiosité et de l’honnêteté du chef américain.

« C’est super drôle parce qu’il ne comprenait pas du tout pourquoi on cuisinait sur des poêles électriques. Il disait : ‘‘J’ai voyagé à plein d’endroits et ce que vous faites, vous le faites vous-même. C’est incroyable.’’ »

L’effet Bourdain

L’émission Parts Unknown est diffusée dans plus de 80 pays. Un passage dans l’émission constitue donc une publicité de choix pour un restaurateur. Cinq ans après la diffusion d’un épisode sur le Québec, François Jobin constate encore les effets positifs reliés au passage d’Antony Bourdain et son équipe dans ses cuisines.

« Je les appelle les touristes Bourdain. Dans le fond, c’est de gens qui vont choisir les villes et qui vont faire les restaurants qu’Antony Bourdain a visités. Ils demandent où il s’est assis. Ils prennent des photos avec nous », explique-t-il.

Même son de cloche pour Mathieu Pettigrew, copropriétaire du restaurant Le Continental, rue Saint-Louis.

« L’émission, ça fait 3-4 ans que ç’a passé, et encore, il y a des gens à chaque semaine qui nous en parlent. Dans la première année de diffusion, c’était incroyable. Je vous dirais que 4 Américains sur 10 qui rentraient dans le restaurant nous parlaient de l’émission. Ç’a été pour nous la plus belle publicité internationale que le restaurant aurait pu avoir », souligne-t-il.

M. Pettigrew estime que M. Bourdain s’est toujours démarqué par sa simplicité. « Il n’y avait aucune prétention dans ce qu’il faisait. Il disait exactement ce qu’il pensait. Il n’essayait pas de faker. Quand il est venu, il a dit : ‘‘Regardez, ça, c’est un cocktail de crevettes comme Jésus Christ aurait mangé dans le temps. Ce n’est pas compliqué : des crevettes, une sauce cocktail. C’est ça un cocktail de crevettes.’’ Il appréciait le moment présent. »

Anthony Bourdain a été retrouvé mort vendredi matin dans une chambre d'hôtel en France. Il avait 61 ans.

Plus d'articles