Retour

Des scènes du film Desperado tournées à Stoneham

La forêt située au nord de Stoneham abrite pour quelques jours un plateau de cinéma. C'est à cet endroit qu'est tournée une partie de Desperado, premier long métrage du réalisateur de Québec Richard Angers. Marc Messier qui est la tête d'affiche de ce film partage l'écran avec Émile Schneider et Lenni-Kim Lalande.

Mercredi, l'équipe tournait une scène dans un chalet en bois rond au milieu de la forêt.

L'histoire raconte les péripéties d'Adrien, interprété par Marc Messier, un solitaire d'âge mûr, qui se retrouve au mauvais endroit au mauvais moment. Il se fait enlever par les frères Cédric et William, deux jeunes qui se sont sérieusement mis dans le pétrin. Commence alors pour le trio un voyage tumultueux.

Marc Messier a été touché par le scénario et par ce personnage taciturne. « C'est n'importe quoi sauf ennuyant et plate. Il se passe toutes sortes de choses physiquement, et intérieurement. »

Le réalisateur Richard Angers, qui a mis 7 ans à peaufiner son scénario, avait envie d'intensité sans tomber dans une introspection maladive.

« Ce long métrage entre dans le cœur des relations humaines. Les relations entre frères, les relations entre hommes. Les relations entre un homme qui croit avoir gâché sa vie et qui se retrouve au coeur d'un tumulte avec deux jeunes qui le malmènent à ce point qu'il n'aura pas le choix de changer de cap et de se retrouver », dit-il.

Le tournage du road movie qui se poursuivra jusqu'à la mi-octobre a amené l'équipe en Gaspésie, dans la région de Trois-Pistoles et dans la région de Québec. 

Plusieurs scènes se déroulent la nuit et le tournage s'est déroulé presque exclusivement à l'extérieur. « Je me suis un peu inspiré, au niveau de l'imagerie, des westerns. Les paysages sont grandioses et parfois, les personnages sont tout petits. C'est comme si on retrouve davantage l'humain quand on le voit au milieu d'un espace gigantesque », soutient le réalisateur.

« On a des journées intenses, mais ça va très bien. On a plein de merveilles et des moments plus durs. C'est un film où il y a beaucoup de violence quand même », explique pour sa part Émile Schneider.

Desperado, un titre provisoire, nécessite 22 jours de tournage et s'appuie sur un budget de 2 millions de dollars. La sortie du film est prévue pour 2016.

Plus d'articles

Commentaires