Retour

Des terrains plus chers, mais des maisons dévaluées

Le données de la nouvelle évaluation foncière réalisée par la Ville de Québec sont maintenant disponibles en ligne. Première constatation : dans les secteurs centraux, la valeur des terrains a augmenté alors que celle des maisons, dans certains cas, s'est effondrée.

C'est ce qu'a constaté Robert Doucet, qui habite le quartier Saint-Louis-de-France. Son terrain a été évalué à 306 000 $ et sa maison à 61 000 $ pour une valeur totale de 367 000 $.

Son frère, Roger Doucet, qui habite quelques rues plus loin, arrive au même constat. Son terrain a été évalué à une valeur trois fois supérieure à celle de sa résidence.

Rien d'anormal selon l'évaluateur agréé Daniel Turgeon : « C'est vraiment la valeur foncière du terrain qui a une valeur aux yeux du marché plutôt que les bâtiments qui sont dessus. »

Les terrains dans les zones urbaines de Québec se font de plus en plus rares et sont davantage convoités par les promoteurs immobiliers, d'où la valeur en hausse. « Certains promoteurs achètent des pâtés de maisons. Ils démolissent tout ça pour reconstruire un autre type de complexe de plus grande envergure », explique Daniel Turgeon.

Ce phénomène existe principalement dans les quartiers centraux. En périphérie, dans l'arrondissement Les Rivières par exemple, il n'est pas rare voir des terrains dont la valeur s'approche ou même dépasse celle de la maison qui s'y trouve.

Surpris de la hausse

Par ailleurs, l'évaluateur Daniel Turgeon est surpris de la hausse globale de la valeur des propriétés dans l'évaluation municipale.

Selon lui, la hausse de 5 à 10 %, selon le type de propriétés, ne correspond pas à la réalité du marché. Actuellement, on retrouve 1 acheteur pour 12 maisons en vente et 1 acheteur pour 24 condos sur le marché.

Plus d'articles

Commentaires