Retour

Des tracts qui associent le Centre culturel islamique de Québec au terrorisme distribués

Un groupe qui prétend combattre la haine aurait distribué au cours des derniers jours des tracts dans lesquels il associe le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) aux Frères musulmans, une organisation liée au terrorisme international.

Ce groupe mystérieux, nommé Les Brigades de l’Amour, affirme avoir déboursé les coûts pour le tirage de 25 000 copies « gracieusement distribuées dans les foyers de Québec ».

Les écrits sont publiés sur une feuille rose, recto verso. Le groupe y décrit la démarche qui l’a conduit vers cette publication et y allègue notamment que le CCIQ propage lui-même des « propos intolérants et haineux » et qu’il « aurait des liens avec les Frères musulmans ».

Les Brigades de l’Amour invitent les dirigeants du CCIQ à condamner les Frères musulmans et à se dissocier de ces « propagateurs de haine et de terrorisme ».

Le groupe réclame également au premier ministre Philippe Couillard de joindre sa voix à la sienne pour demander au CCIQ d’éliminer « toute trace de haine et d’intolérance dans ses pratiques, de son site web et des lectures qu’il recommande à ses fidèles ».

La police de Québec analyse

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a été mis au fait de la distribution du tract, confirme son porte-parole David Poitras.

« Cette information va être traitée et analysée. Notre mandat est de savoir si un crime est commis et c’est ce que nous analysons », a-t-il commenté.

Le groupe Les Brigades de l’Amour possède une page Facebook. L’administrateur, dont l’identité n’est pas dévoilée, mentionne que des chapitres des Brigades de l’Amour sont ouverts dans d’autres régions du Québec. On se félicite aussi de la distribution des 25 000 copies à Québec du premier numéro du Bulletin rose.

Le CCIQ fait régulièrement les manchettes depuis plusieurs semaines. Quelques heures après l’annonce de l’aménagement d’un cimetière musulman à Québec, le véhicule du président du CCIQ, Mohamed Labidi, a été incendié.

Le CCIQ n'avait toujours pas réagi vendredi soir.

Plus d'articles

Commentaires