Le Québec compte 100 000 traumatisés cranio-cérébraux. La vie de ces gens atteints d'un grave choc à la tête n'est plus la même après un accident. C'est cette réalité qui a inspiré l'exposition Masques actuellement présentée à la Galerie Sherpa, à Québec.

Un texte d'Anne-Josée Cameron

Masques propose une trentaine de créations réalisées par de grands traumatisés crâniens. Ces masques traduisent la perception que ces hommes et femmes ont d'eux-mêmes depuis leur accident.

Importé des États-Unis, ce concept d'exposition est considéré comme un excellent outil de sensibilisation à la cause des TCC. Il s'agit aussi d'une forme d'art-thérapie pour les participants.

Olivier Piquer de l'Association des traumatisés cranio-cérébraux des deux rives affirme que cet exercice peut-être vécu comme une libération. Les traumatisés cérébraux ont rarement l'occasion de prendre la parole sur la place publique, explique-t-il.

Masques fragmentés

De nombreux masques présentent des caractéristiques communes comme une bouche grillagée ou un visage fragmenté. La date rappelant le traumatisme se retrouve également sur plusieurs masques comme un fait marquant.

L'incroyable résilience des artistes est remarquable dans cette exposition. Plusieurs masques sont accompagnés d'un message explicatif qui révèle l'intensité de la douleur et du désarroi des traumatisés.

Masques est une exposition qui ne laisse personne indifférent. Le courage, la douleur et l'espoir qui émanent des oeuvres exposées commandent le respect.

L'exposition est présentée jusqu'au 13 octobre à la Galerie Sherpa.

Plus d'articles

Commentaires