Retour

Des travaux nécessaires dans des cégeps de Québec

Selon les dernières données du ministère de l'Éducation, plus du quart des bâtiments du réseau collégial au Québec étaient en mauvais ou en très mauvais état, il y a un an. Dans la région, les cégeps Limoilou et Garneau ont des bâtiments vétustes qui nécessitent des travaux.

Au Cégep Limoilou, des bâtiments du campus de Québec reçoivent l’indice d’état D ou E, soit en mauvais état ou en très mauvais état. Des travaux de 24 millions de dollars ont été identifiés.

« On a des actifs en fin de vie utile et il faut prévoir les changer à court terme. On travaille avec un plan d’amélioration de nos infrastructures sur une base de 10 ans », dit Serge Dupuis, directeur des services administratifs.

Le Cégep compte entreprendre par exemple des rénovations de toiture, ce qui améliorera l’indice d’état des bâtiments. Bien que le Cégep aimerait en faire davantage s’il avait plus de budgets, Serge Dupuis souligne que la situation ne menace ni la qualité des cours ni la sécurité des élèves.

« Avec les budgets qu’on a actuellement, on est capables de dire que l’état des bâtiments est bien et assure une qualité de vie des étudiants qui est correcte. »

Centre sportif à Garneau

Du côté du Cégep Garneau, c'est un peu plus de 32 millions de dollars qui devraient être investis pour remettre à un niveau satisfaisant des édifices qui se trouvent en mauvais ou en très mauvais état.

Des améliorations sont attendues cette année avec la mise en place de deux chantiers, soit la rénovation du pavillon Simone-Monet-Chartrand et la nouvelle bibliothèque, mais le centre d’activités physiques, entre autres, a toujours besoin d’une remise à neuf, souligne la directrice des communications, Sylvie Fortin.

« Il y a quelques années, on a investi sur le terrain multisport, qui était très important pour nous, pour le football, le rugby et le soccer. On a fait deux demandes de financement pour la réfection du centre sportif et ça n’a pas pu se conclure », déplore-t-elle.

Mme Fortin souligne que le Cégep doit faire preuve de créativité pour trouver à même le budget de 2,6 millions de dollars annuels, pour l’ensemble des bâtiments, les sommes pour financer les travaux nécessaires. « Il faut être inventif et aussi avoir des gens qui vraiment ont à cœur ces développements. »

La nouvelle bibliothèque, qui ouvrira en janvier, réalisée au coût de 5 millions de dollars, a pu compter sur plus d’un million de dollars provenant des étudiants et leurs parents.

Au Québec, la direction de plusieurs établissements peine aussi à effectuer les travaux nécessaires. Le déficit d'entretien pour les cégeps de la province s'élevait à 427 millions l'an dernier.

Plus d'articles

Commentaires