Retour

Des vétérans insatisfaits de la plaque d'immatriculation personnalisée

La possibilité de personnaliser sa plaque d'immatriculation automobile ne satisfait pas les anciens combattants qui tentent depuis plusieurs années d'obtenir une plaque spécifique pour les vétérans.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

Le Comité représentant les vétérans pour l’amélioration de la plaque actuelle d’immatriculation du Québec milite depuis près de 10 ans pour l’obtention d’une plaque distinctive pour les anciens combattants.

« On nous fait des promesses et jamais personne ne s'exécute, et ça, c'est inadmissible », martèle le responsable du Comité, Pierre Dugal.

Une plaque arborant le coquelicot est disponible depuis 2005 pour les vétérans, mais le petit pictogramme n'est pas assez représentatif, selon eux. Ils demandent l'ajout des termes vétéran ou ancien combattant, comme c'est le cas dans les autres provinces canadiennes.

« Avec le coquelicot, on n'est pas identifié. Personne ne comprend le pourquoi du coquelicot », déplore un vétéran de la Guerre du Golfe, Mario Grenier.

La Société de l’assurance automobile du Québec ( SAAQ ) soutient qu'avec le nouveau service de plaque personnalisée, les militaires peuvent maintenant « choisir une combinaison alphanumérique significative et représentative pour eux ». Pierre Dugal soutient que les militaires doivent en obtenir plus.

« Ils nous disent qu’on va être incorporé au dossier. On va pouvoir avoir une plaque d'immatriculation qui n'aura pas le coquelicot. On va payer 250 $ plus un renouvellement de 35 $ par année. Alors, ils se trouvent à taxer le devoir de mémoire en plus de nous humilier », se désole le vétéran du Royal 22e régiment.

Dans une correspondance du 31 mai dernier, la SAAQ répond qu'il demeure possible de placer un signe distinctif, permettant de s'identifier comme ancien combattant à l'avant du véhicule.

Une réponse insuffisante pour les vétérans qui demande au gouvernement l’émission d’une plaque unique pour l’ensemble des anciens combattants.

« Si vous allez au Canadian Tire, vous avez des présentoirs à plaques. '' Je me souviens ", '' Je suis retraité '', '' Je suis au golf '', '' Je suis grand-papa '', " Je suis ci ", " Je suis ça ". On ne demande pas ça », affirme M. Grenier.

Je me souviens

Pour les quelque 60 000 vétérans au Québec, l'obtention d'une plaque spécifique serait un gage de respect envers leurs années de service.

« Les gens ont fait des sacrifices. Ils ont donné leur vie. Les blessures qu'ils ont ne sont pas seulement physiques, mais psychologiques. Je crois qu'il faut les soutenir », ajoute pour sa part un vétéran membre de la Légion royale canadienne, Jacques Gosselin.

Le comité interpelle la ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay, pour faire avancer le dossier.

« Aux prochaines élections, on va regarder notre plaque parce que c’est marqué dans le bas ‘’ Je me souviens’’’. Nous les vétérans on va appuyer cette thèse », menace Pierre Dugal rappelant à la députée de Chauveau que sa circonscription comprend de nombreux militaires.

Plus d'articles