Retour

Deux candidats jurés coupables d'outrage au tribunal

Cinq candidats jurés qui ont omis de se présenter devant la cour à deux reprises cette semaine pour la sélection d'un jury ont dû se défendre d'outrage au tribunal. Le juge n'a pas trouvé convaincante la défense de deux d'entre eux. Sept autres personnes font toujours l'objet d'un mandat d'arrestation.

D'après les informations de Jonathan Lavoie

Les cinq candidats jurés ont comparu menottés dans l'impressionnant box des accusés vitré de l'une des grandes salles d'audience du palais de justice de Québec. Quatre d'entre eux avaient passé la nuit en prison en attendant leur comparution.

« Je n'ai pas fait gaffe à la date », a déclaré comme seule excuse un homme de 39 ans qui a été condamné pour outrage au tribunal. Il devra payer une amende de 250 $.

La shérif a démontré qu'elle avait bien laissé un message sur les boîtes vocales de son cellulaire et de son téléphone au travail l'enjoignant à se présenter en cour pour la sélection du jury d'un procès pour agression sexuelle.

L'homme ne s'est pas présenté lundi matin, ni mercredi matin, tel que demandé. Le juge en a conclu que l'analyste en informatique avait fait preuve de « négligence ».

L'accusé qui a obtenu récemment sa citoyenneté canadienne semblait dépassé par les événements. « Je suis éberlué, je ne sais pas quoi dire », a-t-il mentionné, affirmant qu'il aurait été « honoré » de faire partie d'un jury.

Une étudiante au Conservatoire d'art dramatique a elle aussi été reconnue coupable d'outrage au tribunal. La jeune femme de 23 ans a admis avoir reçu la première convocation il y a un mois.

« Compte tenu que le document était en anglais, je n'ai pas bien compris les conséquences », s'est-elle défendu devant le juge. Le magistrat a rejeté son excuse en lui soulignant qu'une partie du document était en français.

Puis, la jeune femme a tenté de s'en sortir en plaidant une période d'examen cette semaine. Le juge a rétorqué que les examens scolaires ne sont pas une excuse pour ne pas répondre à une convocation du tribunal et qu'un simple appel au shérif aurait probablement pu lui permettre d'obtenir une exemption.

L'étudiante a été libérée moyennant un dépôt de 100 $. Elle devra revenir en cour pour les représentations sur sa peine.

Trois accusés acquittés

Dans les trois autres cas, les accusés ont été acquittés. L'un d'eux a démontré qu'il y avait eu un problème de communication pour le joindre. L'homme, dont l'adresse officielle est chez ses parents, porte le même nom que son père. Le juge a estimé son excuse valable.

Dans une procédure inhabituelle, le juge François Huot a lancé mercredi un mandat d'arrestation contre 12 personnes qui avaient reçu une convocation de la Cour supérieure, mais qui ne se sont pas soumis à l'ordre du tribunal.

Sept d'entre elles n'ont toujours pas été arrêtées.

Plus de 80 candidats jurés sur 150 avaient failli à leur obligation de se présenter lundi. Le juge a alors ordonné de les convoquer à nouveau mercredi matin.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine