Retour

Deux détracteurs du Phare approuvent la nouvelle mouture

Jacques Plante, qui qualifiait le Phare de « mauvais projet d'étudiant », admire maintenant le dynamisme créé par la forme triangulaire de la tour principale et par la disposition des bâtiments qui l'entourent.

« C'est vraiment un tout autre projet, une autre approche. J'ai l'impression que plusieurs des commentaires qui ont été émis par les architectes ont été pris en compte pour ce qui est du point de vue architectural », souligne l'architecte qui a conçu plusieurs salles de spectacle à Québec.

Jacques Plante ajoute que la place publique qui trône maintenant au coeur du projet permettra d'en faire un véritable milieu de vie.

Avec ce qu'on voit en ce moment, j'ai l'impression que le projet a ce potentiel de devenir intemporel.

Jacques Plante, architecte

L'architecte et urbaniste Serge Viau abonde dans le même sens. « Le premier projet était vraiment une esquisse très peu évoluée, très peu développée et contenait vraiment beaucoup de problèmes architecturaux. Là, effectivement, professionnellement, ça a été une grande réussite », analyse-t-il.

Trop dense?

Les deux hommes soulèvent toutefois des questions sur une éventuelle saturation des espaces à bureau dans le secteur Sainte-Foy.

Le chef de la direction de Cominar, Michel Dallaire, assure que le marché de Québec sera capable d'absorber ces nouveaux locaux sans nuire aux autres secteurs.

Serge Viau ne demande qu'à le croire sur parole, mais suggère que c'est plutôt le rôle de la Ville de Québec de démontrer que l'équilibre ne sera pas rompu.

« C'est à la Ville de démontrer que le marché et la panification qu'elle fait pour les autres pôles de développement ne vont pas souffrir d'une telle concentration. »

De son côté, Jacques Plante se questionne lui aussi sur cette surabondance de nouveaux locaux sur le boulevard Laurier.

Il souligne toutefois le pouvoir de rétention du projet avec sa place publique, un accès au service rapide par bus et une salle de spectacle dont les coûts sont entièrement assumés par le promoteur.

« Tous les travailleurs qui sont là, au lieu de quitter et d'aller encombrer les ponts à 17 h, auront la chance d'aller dans les restaurants et d'aller voir un spectacle », avance-t-il.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?