Retour

Deux manifestants arrêtés hier soir restent détenus

Les avocates de la poursuite se sont opposées à la remise en liberté de deux manifestants arrêtés, hier soir, lors de la marche contre le G7.

Un texte de Yannick Bergeron

Yann Arsac, 24 ans et Cydrik Dion, 32 ans, subiront leur enquête sur remise en liberté lundi, alors que le Sommet du G7 sera terminé.

Les avocates de la couronne ont soulevé la crainte que les deux individus, tous deux résidents de Québec, récidivent pour s'opposer à leur remise en liberté.

Yann Arsac est accusé d'avoir eu en sa possession des dispositifs incendiaires ou des substances explosives.

La dénonciation décrit ainsi le matériel: « soit: combustible à fondue, combustible à briquet, bouteilles vides et chaussettes », peut-on lire dans le document de la cour.

Il est également accusé d'avoir eu en sa possession une arme dans un dessein dangereux pour la paix publique.

Drogue

Cydrik Dion-Tardif est également accusé d'avoir eu en sa possession une arme dans un dessein dangereux, dont la nature n'est pas précisée.

Les policiers auraient retrouvé de la drogue sur l'homme de 32 ans lors de son arrestation, ce qui lui a valu une accusation supplémentaire.

Dion-Tradif fait également face à deux autres chef en lieu avec le non-respect de conditions, à savoir qu'il devait grader la paix et avoir une bonne conduite et ne pas consommer de drogue.

Ce dernier a des antécédents judiciaires, ayant déjà été condamné à 22 mois de prison pour trafic de Fentanyl.

Une troisième personne a été arrêtée lors de la manifestation hier soir. Un homme de 36 ans a été interpellé pour avoir proféré des menaces sur Internet.

Plus d'articles