Retour

Déversement des eaux usées : une première série de tests à Québec

Le ministère de l'Environnement a effectué une première série de prélèvements à la hauteur de Québec pour analyser la qualité de l'eau du fleuve à la suite du déversement des eaux usées de Montréal.

Jeudi, au deuxième jour de l'opération dans la métropole, une équipe du ministère s'est rendue sur le fleuve en face de Cap-Rouge pour prendre des échantillons de l'eau.

Cet exercice sera refait à trois reprises au cours de la prochaine semaine afin de déterminer l'impact réel du rejet des eaux usées des Montréalais dans le Saint-Laurent.

Les mêmes tests sont réalisés à Trois-Rivières, Boucherville, Varennes et Sorel-Tracy.

Jusqu'ici, il n'y a aucune trace ni visuelle ni olfactive du déversement, indique Patrick Beauchesne, sous-ministre adjoint au ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques.

Ces tests sont les mêmes que ceux réalisés une fois par mois, de mai à octobre. Une douzaine de critères seront analysés, dont la présence de coliformes fécaux, de nitrite, de nitrate et de phosphore.

« Dans le cadre du suivi environnemental du déversement, il y a un plan très structuré du ministère de l'Environnement. Autant on contrôle en milieu terrestre dans la région de Montréal que sur l'eau sur l'ensemble du fleuve », explique Patrick Beauchesne.

Il faut environ 24 heures pour obtenir les résultats des analyses. Une deuxième série de tests sera réalisée en fin de semaine, une autre en début de semaine prochaine, puis une dernière à la fin du déversement.

Les autorités rassurantes

Le ministère se fait rassurant. On ne s'attend pas à retrouver de traces des égouts montréalais jusqu'à Québec. « Le volume qui va être rejeté durant le déversement, c'est une infime partie du volume total du fleuve. Il y a un pouvoir de dilution qui est très fort », explique le sous-ministre adjoint.

La Ville de Québec multiplie elle aussi les tests de qualité d'eau à ses installations de filtration depuis mercredi, a indiqué le maire Régis Labeaume. Des vérifications sont réalisées sur « l'eau brute et sur l'eau traitée ». Et pour l'instant, il n'y a aucun impact, assure-t-il. Les tests vont se poursuivre plusieurs jours après la fin de l'opération.

Au terme des sept jours du déversement, c'est 8 milliards de litres d'eaux usées qui auront été redirigés au fleuve sans être filtrés. Cette opération est nécessaire pour réparer une énorme conduite de 30 kilomètres qui transporte les eaux usées vers la station d'épuration de Montréal.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine