Retour

Difficile pour Marchessault de passer à autre chose

Jonathan Marchessault a beau essayer, il digère mal la défaite de son équipe, les Golden Knights de Vegas en finale de la Coupe Stanley face aux Capitals de Washington.

Un texte de Jean-Philippe Martin

Le hockeyeur de Cap-Rouge a été sans aucun doute l’une des raisons qui expliquent les succès qu’ont connus les Knights à leur première saison.

De loin l’histoire de l’année dans la LNH, la formation d'expansion a conclu sa surprenante saison en s’inclinant en cinq matchs en grande finale face à Alex Ovechkin et sa bande.

Jonathan Marchessault constate qu’il est difficile de chasser l'amertume de cette défaite alors que lui et ses coéquipiers étaient si près de soulever la précieuse Coupe Stanley.

« Ce n’est pas quelque chose que tu peux vraiment oublier. Quand tu es si près, mais que tu n’es pas capable de "clutcher" au bon moment. C’est sûr que ça fait un été court », a-t-il mentionné alors qu’il prenait part à la Soirée des Étoiles, une activité caritative.

Le numéro 81 des Golden Knights estime que ses coéquipiers et lui ont connu un passage à vide au pire moment.

« On a joué notre pire hockey des séries dans ces trois derniers matchs-là. C’est sûr qu’on a des regrets. À la fin d’une saison, tu ne veux jamais avoir de regret », raconte Marchessault, qui espère néanmoins sortir plus fort de cette expérience.

Une saison extraordinaire

N’empêche, les Golden Knights ont frappé un grand coup à leur saison inaugurale.

Cette équipe, à qui personne ne donnait la moindre chance de se classer en séries éliminatoires avant que la saison ne commence, n’a jamais cessé de surprendre.

« On a accompli beaucoup de choses en tant qu’équipe et organisation en un an. On a été capable de s’établir dans la Ligue nationale en un an. Mais je pense qu’il n’y a personne là-bas qui est satisfait. On en veut tous plus. »

Marchessault est conscient qu’il sera difficile de recréer la magie de la dernière saison.

Cependant, avec un noyau de joueurs dans la fleur de l’âge, il estime que son équipe a tout pour réussir l’an prochain.

L’arrivée de Stastny

Surtout qu’elle vient d’ajouter Paul Stastny, via le marché des joueurs autonomes.

Le fils du légendaire Peter Stastny amènera talent et expérience au centre, croit Marchessault.

« Paul Stastny était certainement le deuxième meilleur agent libre sur le marché [après John Tavares]. On a de belles années devant nous et c’est un gars qui va nous amener de l’offensive, mais qui est responsable défensivement. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Secrets d'une fashionista pour toujours être stylée





Rabais de la semaine