Retour

Disparition de Marilyn Bergeron : la famille cherche à relancer l'enquête

Huit ans jour pour jour après la disparition de Marilyn Bergeron, de nouveaux efforts sont déployés pour tenter de retrouver la jeune femme disparue à l'âge de 24 ans.

Les enquêteurs ont installé un poste de commandement dans le stationnement du Café Dépôt du secteur Saint-Romuald, à Lévis, où Marilyn Bergeron a été vue pour la dernière fois, le 17 février 2008.

La famille rend aussi disponible sur YouTube une nouvelle vidéo dans laquelle la mère donne tous les détails sur sa fille et demande la collaboration des gens pour obtenir des informations.

Dans les jours précédents sa disparition, la jeune femme semblait inquiète et craintive. Elle venait d'ailleurs de quitter Montréal pour revenir vivre chez ses parents.

Le jour de sa disparition, elle avait quitté la résidence familiale pour aller faire une marche. Elle s'était rendue à un guichet automatique à Loretteville, puis à Saint-Romuald.

Ses parents espèrent obtenir de nouvelles pistes qui pourraient permettre de relancer l'enquête. Une trentaine d'informations ont été acheminées aux policiers au cours des deux dernières années. Elles ont toutes été vérifiées, mais aucune n'a été jugée valable.

« Notre famille a de nouveau besoin de vous et de votre collaboration en ce jour malheureux de la disparition de Marilyn afin de tenter d'obtenir l'information qui nous mènera à elle », implore la mère de la disparue, Andrée Béchard.

Une récompense de 10 000 $ est toujours offerte par l'organisme Jeunesse au Soleil.

La famille a transmis une demande au ministère de la Sécurité publique au cours de la dernière année pour que la Sûreté du Québec prenne le dossier dans le but d'avoir un regard neuf sur le dossier, mais elle a essuyé un refus en septembre.

Andrée Béchard déplore un manque de soutien aux familles dans sa situation.

« Jamais nous n'aurions cru devoir faire autant d'efforts comme famille dans la recherche pour la retrouver. Nous avons compris que tant et aussi longtemps que nos dirigeants ne seront pas sensibilisés aux impacts et effets d'une disparition dans une famille, l'évolution dans le traitement de celle-ci se fera par petits pas », soutient Mme Béchard.

Toute information peut être transmise au 418 641-AGIR ou au 1 888 641-AGIR.

Plus d'articles