Retour

Dix plaintes pour hôtellerie illégale dans Saint-Jean-Baptiste

Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste a déposé, jeudi, dix plaintes à la Ville de Québec et au ministère du Tourisme pour dénoncer ce qu'il qualifie d'hôtellerie illégale dans le quartier.

Un texte de Jean-François Nadeau

Les plaintes concernent 14 adresses où les propriétaires contreviennent à la loi visant à encadrer l'hébergement touristique, selon le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste. Ces propriétaires loueraient de façon régulière leurs logements entiers sur des sites Internet, alors que leurs résidences sont situées dans un secteur zone résidentielle.

« On a ciblé, selon nous, les pires propriétaires, ceux qui avaient le plus d'activité sur le site Internet, explique le porte-parole du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, Vincent Baillargeon. On a eu beaucoup de déclarations de citoyens, qui nous disait où se trouvait les logements à louer. »

Selon le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, le nombre de logements du quartier qui sont offerts sur les plateformes de location est passé de 83 à 130 depuis un an.

« Quand on laisse des logements entiers vides dans le quartier, au profit des touristes, c'est certain qu'il y a une perte de logements locatifs, soutient une autre porte-parole du Comité populaire, Marie-Ève Duchesne. Le lien de confiance, de sécurité, est aussi plus difficile à créer quand on ne connait pas nos voisins. »

Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste estime que le dépôt de ces plaintes va également permettre de tester les moyens mis en place par la Ville de Québec et le ministère du Tourisme pour appliquer la loi visant à encadrer l'hébergement touristique.

En cas de non-conformité, les contrevenants s'exposent à des contraventions 2500 $ à 25 000 $ par jour pour une personne physique, et de 5000 $ à 50 000 $ par jour pour une personne morale.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine